Vous êtes en retard, Invité, une heure de colle !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Humeur : Pleines d'énergie.

MessageSujet: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Sam 9 Oct - 19:26

    Li Mei et Yuha passaient leur soirée, comme souvent, dans la boîte de nuit du quartier Ouest. Le quartier Kuroi, quoi. Il fallait avouer que les adolescents présents ici étaient donc surtout des jeunes de l'Ouest, mais en fait il y avait un peu de tout ; tant qu'on ne cherchait pas à se prendre la tête, on était accepté dans le Night Club. Du coup les jumelles venaient souvent trainer dans le coin, à la fois pour faire la fête, et également pour vendre un peu de leurs poisons quand on le leur demandait. C'était pas mal pour les transactions, le Night Club : il y avait du monde - donc pas de risque que ça vire mal - et puis l'ambiance était sympa. Bref, les deux jeunes femmes mariaient l'utile à l'agréable en venant ici.

    Ce soir-là, Li Mei était celle qui était habillée sobrement : une simple robe noire, cheveux relevés, quelques bijoux argentés et discrets. Et c'était Yuha qui attirait l'attention avec son débardeur vert pomme, sa jupe rose et ses bijoux fantaisies. Les jumelles adoraient danser, c'est donc avec entrain qu'elles s'éclataient sur la piste. Puis elle s'accordèrent une petite pause et se dirigèrent vers le bar, déjà pas mal encombré - il fallait croire que les Kuroi's préféraient picoler que danser. Li Mei commanda pour sa sœur et inversement ; c'était assez impressionnant de voir que chacune des deux savait précisément ce que l'autre désirait.

    En attendant leurs consommations, elles jetèrent un coup d'œil aux jeunes accoudés au bar. Un seul retint leur attention : un blondinet qui semblait voir leur âge, ressemblant vaguement à une nana, fringué plutôt bizarrement - pour deux addicts au shopping comme elles, c'était flagrant - et apparemment borgne, c'était déjà suffisant pour se faire remarquer des jumelles. Mais en plus, ce gars-là était en train de s'enfiler des verres depuis un petit moment, et aucun signe d'ivresse n'était visible. Il aurait bu de l'eau qu'on aurait pas constaté plus d'effets, à vrai dire.

    Bref, pas gênées le moins du monde, Li Mei et Yuha décidèrent de l'aborder - pas besoin de se concerter pour ça, si l'une avait envie d'aller lui parler cela voulait dire que l'autre aussi. Elles s'approchèrent de lui de façon à l'encadrer, et lancèrent d'un ton enjoué :

    « Salut, t'en as pas marre de t'enfiler autant d'alcool... » ça, c'était Yuha.

    « ... sans que ça te fasse rien ? Enchantées, au fait. On est les Murakumo Sisters » termina Li Mei.

    Les jumelles affichaient des mines radieuses. Bah, elles étaient dans leur élément ici, et puis elles avaient tendance à être plutôt curieuses. En plus, quand on abordait quelqu'un sans raison apparente, il valait mieux sourire que tirer la tronche, ça pouvait aider tout de même. Surtout que l'adolescent à qui elles venaient d'adresser la parole buvait comme un trou et avait l'air plutôt renfrogné. Et il était borgne en plus - non, elles ne faisaient pas du tout une fixation là-dessus.

__ "..." _____________________________________



« They told us sin's not good but we know it's great »



Dernière édition par Li Mei & Yuha le Mer 20 Juil - 11:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reita, Kuroi

avatar

Humeur : Rrrrrrrrrh !

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Mar 12 Oct - 17:43

    Reita reposa son verre, vide. Il venait de le libérer du poids d'un liquide qui aurait put être de l'alcool à 90. Il soupira. C'était le 71em qu'il s'enfilait ce soir. Ce n'était pas dans ses habitudes de boire autant (surtout pas des verres de 33 cl). Mais ce soir, il n'avait pas l'intention de s'arrêter là et de rentrer chez lui. Nan. Ce soir, il avait des problèmes, et il ne voulait pas se confronter à eux en sortant de cet endroit dont la musique assourdissante bloquait sa réflexion.

    Il ne voulait pas penser à Shin, à ses "retrouvailles" abominablement sanglantes avec son Clan, ni à cette crise de folie dont le blondinet avait été victime, persuader d'être devenu aveugle à cause de cette fucking balles... (sans songer un instant que si elle lui avait crevé l'œil, elle lui avait aussi traversé la tête et l'avait tué, non). Pour l'instant, il y arrivait parfaitement bien. Mais quand son esprit était vide, d'autres pensées venaient impeccablement le remplir. Des pensées concernant une personne réellement indésirable. Akasen Hibari. Cet immonde connard parvenait à passer outre l'envie de Reita de ne penser à rien, à surmonter la musique qui lui vidait la tête, et l'alcool qui commençait à lui brûler la gorge.

    Akasen Hibari, alias Fool Mizuiro. Oui, il s'était renseigné. Croyez-le ou non, mais en fait, Reita n'était pas un assassin, mais un informateur, chez les Kuroi's. Son don à l'appui, il était le seul au monde à pouvoir transmettre des infos rarissimes, infaillibles, et surtout du futur. Et puis, il y avait son fucking caractère, qui le classait plutôt avec les tueurs fous-furieux. Bref, tout ça pour dire qu'il s'était renseigné. Le passé d'Hibari n'était pas folichon. Jusqu'au début de la guerre des Clans, il ne se passait rien d'extraordinaire dans sa vie. Et même pas au début, d'ailleurs. Il n'avait rejoint l'Est que tardivement. Pour foutre en l'air les Kuroi's qui les pourchassaient jusque chez eux quand ils se replièrent. Reita avait conscience qu'il aurait très bien put en faire partie. Seulement à ce moment là, il en avait bouffé, du Mizuiro. A chaque p'tit dej' pendant une semaine et demi...

    Et voilà précisément la raison qui le faisait détester Akasen. Ils avaient respectivement chassé, traqué, même, et tué bon nombre de leurs camarades respectifs. En fait, plus il y repensait, plus il se sentait bouillonner de colère. Oui. C'était comme ça qu'il fallait qu'il pense. Hibari n'était qu'un Mizuiro. Et puis il avait une personnalité horrible, entre le vieux con et le pervers, et puis... Et puis des yeux magnifiques, et une peau si chaude... OH, FUCK ! Il avait jamais pensé ça, lui ! JAMAIS !! Il vida cul sec le 72em verre que lui avait déjà remplit le serveur, et le reposa bruyamment. En même temps que deux nanas se placèrent de part et d'autre de lui. Il reconnu immédiatement le parfum des Akai's.


    - Salut, t'en as pas marre de t'enfiler autant d'alcool...

    - Va t'f...

    - ... sans que ça te fasse rien ?

    - Mais cass...

    - Enchantées, au fait. On est les Murakumo Sisters

    Et le voilà bien avancé. Outre l'odeur presque pestilentielle de leur Clan, toutes les deux avaient exactement la même. Ce qui était parfaitement impossible, à moins que...

    - Ah ouais... Les Sœurs Mort-au-Rat

    Il espérait bien qu'elles ne pouvaient pas saquer se surnom idiot.

    - Ôkami Reita. Et pour te... vous répondre, si, j'en ai marre

    Il examina leur sourire. Radieux. Écœurant. Il leur rendit un visage fermé et coléreux. Il n'avait ABSOLUMENT aucune envie de parler. Il était prêt à bouffer quiconque lui resterait en travers, ce soir. Un bon moyen pour se sortir tout un tas de truc de la tête. Et de toutes manières, il était hétéro. Toute hypothèse sur sa sois-disant attirance pour le beau brun était purement fortuite en raison de ses préférences sexuelles... En parlant de ça ! Les Jumelles Mort-au-Rat n'étaient-elles pas des maîtresses dans l'art du poison (qui assassine en totale discrétion) ? Son œil changea d'expression, suivit par son visage entier. Il devint neutre. Presque cruel.

    - On dit que vous êtes du genre à vous balader avec toutes sortes de trucs sur vous, c'est vrai ?

    Oui, gueuler "vous avez de quoi refroidir à vie un ado dans la force de son âge ?" en pleine boîte de nuit, ça le faisait pas trop.

__ "..." _____________________________________

« Monsieur Kurôkami, vous êtes hippopotomonstrosesquipedaliophobe »
« Quoi ?! NOOOOOON !! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humeur : Pleines d'énergie.

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Dim 17 Oct - 21:02

    « Ah ouais... Les Sœurs Mort-au-Rat
    Ôkami Reita. Et pour te... vous répondre, si, j'en ai marre »


    Une fois que le jeune homme eut relevé sa tête de son énième verre, et qu'il se fut présenté, les jumelles purent le reconnaître. Car en effet, Ôkami Reita n'était pas le premier adolescent lambda venu ; c'était un Kuroi, un des plus anciens, il avait d'ailleurs participé à la guerre qui avait suivi la tragédie des Cinquante. En bref, les sœurs Akai's aurait dû le haïr, le mépriser, ou peu importe tant que ce n'était pas un sentiment positif. Mais Li Mei et Yuha estimaient que de l'eau avait coulé sous les ponts. Ça ne faisait que deux ans, en réalité, mais elles ne gardaient pas la même rancœur que la plupart de leur congénères. Enfin, il était vrai qu'elles n'auraient pas sauté au cou du Kuroi, qui avait tout de même été un élément dévastateur durant les combats. Quoique les autres pouvaient en avoir autant à leur compte, car les morts empoisonnés n'étaient pas rares. D'ailleurs, Reita les regardait d'un air fort peu engageant. Alors que les deux sœurs s'apprêtaient à reprendre la parole - ne voulant pas se laisser abattre par son expression, maintenant qu'elles avaient engagé un semblant de conversation - son visage changea du tout au tout.

    « On dit que vous êtes du genre à vous balader avec toutes sortes de trucs sur vous, c'est vrai ? »

    Haha, intéressant. Alors il montrait quelque intérêt pour leur mixtures ? Hé bien, si ça pouvait le rendre moins grincheux, pas de problème pour elles. Li Mei se pencha légèrement, pour que les gens alentours n'entendent pas - et ce n'était pas mince affaire, d'arriver à se faire comprendre sans hurler dans une boîte de nuit.

    « On fait surtout dans le poison. Mortel. »

    Yuha compléta, à voix haute cette fois-ci, et un doux sourire aux lèvres :

    « Mais on a aussi des trucs plus légers, si tu veux. »

    Une fois qu'il aurait fait son choix - si il désirait vraiment acheter quelque chose - elles pourraient tenter d'en savoir un peu plus. Car les jumelles aimaient savoir à quoi seraient destinés leurs poisons. Par curiosité tout d'abord, mais aussi car elles ne pouvaient accepter le marché si un Akai était visé. Évidemment, on pouvait leur mentir - bien qu'elles soient plutôt difficiles à abuser - mais un jeune du Sud mort empoisonné, ce serait vraiment flagrant. Et le petit commerce des Murakumo Sisters cesserait, ce qui ne manquerait pas de décevoir quelques clients. C'est pourquoi Li Mei et Yuha avaient une confiance relative en leur clientèle ; les trahir n'apporterait rien de bon à personne.

__ "..." _____________________________________



« They told us sin's not good but we know it's great »



Dernière édition par Li Mei & Yuha le Mer 20 Juil - 11:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reita, Kuroi

avatar

Humeur : Rrrrrrrrrh !

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Mer 20 Oct - 4:48

    - On fait surtout dans le poison. Mortel.

    - Mais on a aussi des trucs plus légers, si tu veux.

    Reita se pencha un peu, histoire de cacher un minimum sont sourire subitement devenu sadique. Il était entrain de réfléchir aux conséquences. Si un Mizuiro hiérarchiquement haut placé mourrait de causes inexpliquées, on ne soupçonnerait pas un ex allié provisoire. Il y aurait une autopsie. On découvrirait le poison, et le lien à faire avec Reita - qui, clairement, ne faisait pas dans l'aussi subtil - serait encore plus dur à faire. Son sourire sadique devint machiavélique. Voilà un plan parfait. Sauf peut-être pour un tout pitit détail : l'administration du poison. Ca faisait un petit moment qu'il n'avait pas vu Hibari au lycée... S'appuyant le menton dans la main, il prit une mine soudain plus rêveuse. D'ailleurs, dans toutes les visions qu'il avait eut de la classe d'Ikuto, il - Hibari, pas Ikuto, qui de toutes façons n'y est jamais - était absent. Ca devait faire une semaine depuis le carnage des taudis. Il avait peut-être pas supporter toute cette mort, tout ce sang, toute la souffrance... Reita, bien que toujours dégouté de lui-même quand il repensait à ce genre d'excursions, avait sans doute un peu plus l'habitude : depuis tout petit, nuit sur nuit, il rêvait de ça, les carnages. Il soupira. Malgré toutes les infos qu'il avait obtenu sur Hibari, il n'avait qu'une très TRÈS vague idée de son don. Si encore c'en était un. Il savait que ça s'apparentait à l'empathie... Ca n'avait pas dut être facile pour lui. Remarque, pour Reita non plus ! Il était peut-être le seul jeune de l'époque à pouvoir s'auto-convaincre de souffrir le martyre ! Et le temps qu'il avait fait perdre à Ikuto... Il se consolait en se disant que de toute façon, il avait fallu attendre Hyena, alors... Tout ça pour dire, l'horreur du bain de sang et l'absence d'Hibari ne devaient pas être étrangères l'une à l'autre. Pauvre Hibari...

    Hey, minute ! Il détestait ce mec, lui ! Et quand bien même ce serait pas le cas ( mais si, ça l'était ! ), il s'apprêtait à commettre son meurtre, alors qu'il aille se faire foutre. De toutes façons, Reita ne voulait pas y penser ! Et de toutes façons, ce n'était pas vrai, il n'avait ni remarqué ni été déçu de l'absence prolongée du Mizuiro !

    Reita inspira un grand coup et se fit resservir de son désinfectant, sous les yeux mi-ébâillis mi-effrayés de la serveuse. Il but son grand verre cul sec et le reposa d'une manière qui aurait été sonore si la musique n'anesthésiait pas ses oreilles.

    Tiens ? Dans un peu plus d'un mois, c'était son anniversaire... Sa mère avait d'ailleurs commencé à s'activer depuis un moment, ça ne présageait rien de bon...

    Ah, puis y avait l'autre con (Kojima, quoi) avec son fucking enregistrement ! Ca voulait dire quoi, ça ? Akasen était clairement un type sur qui on pouvait pas compter ! Incapable d'être vraiment amoureux ! A courir après les coups d'une nuit pour étancher, ne serait-ce que provisoirement, une soif de sexe soudaine qu'il ne s'expliquait pas... Nan... Ca c'était Reita. Ce qui le cataloguait immédiatement lui aussi dans "ON PEUT PAS T'FAIRE CONFIANCE !". Il pinça le lèvres, interdit, tristounet. Il n'y avait pas de justice.

    Et s'était exactement pour ça - notez bien la logique sans queue ni tête - qu'il fallait qu'il se débarrasse d'Hibari. De façon définitive !


    - Mortel. Autrement je pourrais y arriver tout seul

    Reita, qu'on pouvait classé avec les Kuroi's "conservateurs", n'aimait pas faire affaire avec d'autres Clans. Seulement là, il s'agissait d'un problème privé, un jeune qui s'adressait à deux filles, pas un Ôkami au Sœurs Mort-au-Rat

__ "..." _____________________________________

« Monsieur Kurôkami, vous êtes hippopotomonstrosesquipedaliophobe »
« Quoi ?! NOOOOOON !! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humeur : Pleines d'énergie.

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Sam 23 Oct - 16:06

    Le Kuroi semblait réfléchir, et les jumelles attendaient patiemment une réponse de sa part. En attendant, elles commandèrent à boire elles aussi, et échangèrent un regard amusé lorsque Reita réclama un énième verre qu'il descendit d'une seule traite. La serveuse quant à elle, paraissait totalement dépassée par la capacité de ce mec à boire autant. Ce qui pouvait se comprendre, sachant qu'il avait à peine l'air embrumé par l'alcool alors qu'il aurait dû être affalé par terre depuis bien longtemps.

    « Mortel. Autrement je pourrais y arriver tout seul »

    Un assassinat, donc. Intéressant. Les jumelles laissèrent s'écouler quelques secondes supplémentaire - si il devait changer d'avis, qu'il le fasse maintenant ! Elles prirent quelques gorgées d'alcool, dans une synchronisation parfaite, et puis Li Mei planta ses prunelles dans l'unique œil du Kuroi. D'un bleu perçant, dans lequel la jeune fille put enfin déceler un signe d'ébriété ; le regard du loup était un peu trouble.

    « Quelque chose de foudroyant, sans souffrance ? »

    Ça, c'était pour éliminer quelqu'un rapidement. Un élément gênant qu'on voulait faire disparaître de façon radicale, sans chercher à lui faire de mal. C'était ce que choisissait la plupart des clients des jumelles. Le poison, ça marchait bien, les gens n'avaient pas l'impression de se salir les mains en en faisant boire à quelqu'un. Surtout si celui-ci décédait presque sur le coup, sans agoniser - ils n'avaient pas le temps de regretter, pas le temps de se rendre compte que la mort arrivait et qu'elle serait irréversible. Bref, c'était la simplicité.

    « Ou tu préfères voir ta victime se tordre de douleur à tes pieds ? »

    Ce qui était effrayant la dedans, c'est qu'en prononçant ces paroles, Yuha affichait toujours un sourire doux. Totalement innocent. Quant à Li Mei, son regard pétillait d'impatience. Les deux sœurs, en réalité, brulaient d'impatience de voir l'option qu'il choisirait. La deuxième était très peu prisée ; il fallait soit être doucement dérangé, soit vouer une haine sans merci à la victime pour supporter ce spectacle d'agonie. Yuha jugea bon d'ajouter un petit détail, qui n'aiderait certainement pas Reita à faire son choix.

    « Le prix reste le même dans les deux cas. »

    Li Mei eut un sourire pour sa sœur. Elle s'apprêtait à dire la même chose - en fait, elle avait même commencé sa phrase en même temps, pour finalement laisser la parole à Yuha. En général, ça perturbait leurs interlocuteurs de les voir parler en même temps, alors elles évitaient de le faire quand elles parlaient affaires. Même si c'était un tel automatisme qu'elles avaient parfois du mal à respecter cette résolution. Pourtant, l'effet « je commence une phrase et tu la finis » rendait toujours mieux que de parler en chœur.

__ "..." _____________________________________



« They told us sin's not good but we know it's great »



Dernière édition par Li Mei & Yuha le Mer 20 Juil - 11:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reita, Kuroi

avatar

Humeur : Rrrrrrrrrh !

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Mer 27 Oct - 5:31

    Reita commanda un 73e verre, puis demanda à voir le patron. Il était déçu. La plupart des gens - tout le monde sauf lui, quoi - qui buvaient en grande quantité finissait complètement pétés. Et lui ? Que dalle. Il commençait juste à ne plus avoir de sens gustatif à force de se désinfecter la gorge à l'éthanol pur. Mais sans ça, toute son attitude qui semblait tendre vers une petite marque d'ébriété n'était due, selon lui, qu'aux soucis psychologiques qu'il avait toujours eut. Il descendit encore une fois son verre cul sec

    - Quelque chose de foudroyant, sans souffrance...

    - ... ou tu préfères voir ta victime se tordre de douleur à tes pieds ?

    Drôle de question. Il y avait vraiment des gens qui se préoccupaient de ce genre de détails ? Du moment que la victime meure ? Un coup de ciseaux dans la nuque tue plus rapidement, mais si pour une raison X ou Y tu te rates, elle meut plus de temps à claquer, elle souffre, mais en ce qui te concerne ça change rien... Cela dit...

    - Le prix reste le même dans les deux cas.

    En ce qui concernait Reita, le frique, c'était pas tellement un problème. M'enfin. Cela dit, donc, il imaginait assez bien le sentiment jouissif qu'il ressentirait en voyant Akasen se trainer à ses pieds, lui qui avait - semblait-il à Reita - toujours une longueur d'avance sur le voyant. Mais ça n'avait pas tellement de lien avec le fait qu'il souffre ou non... Pfff... Hey, mais elles étaient gonflantes avec leurs questions ! En plus c'était quoi cette manie de parler comme une seule ? Bref... Ne trouvant pas de solution, il allait devoir s'en remettre à une science exacte et mathématique : plouf plouf... Ca tombait sur

    - Lent et douloureux

    74e verre. Le patron arriva à ce moment là, et Reita lui montra un visage excédé de gosse de riche qui boit de quoi tuer un vivant et ressusciter un mort comme si de rien n'était depuis plusieures heures. Étant un habitué, on lui avait tout de suite servit le truc innommable qu'il s'enfilait encore et encore. Mais il commençait à trouver ça fade.

    - Vous n'avez rien de plus fort ?

    - Ben c'est à dire que... Plus fort que ça, vous n'en trouverez que dans des laboratoires de chimie

    L'homme eut un petit rire, le genre qui vous empêche de vous rendre compte à quel point on est sérieux. L'air désolé, il s'excusa puis s'éclipsa. Zut.

    Reita se tourna alors vers l'une des deux jumelles, celle qui était fringuée de manière plutôt discrète (à vrai dire, le vert pomme acide et le fushia, pour Retia, c'était très dur à regarder en continu). Outre le fait qu'elles parlaient quasiment en même temps, ou qu'elles continuaient leurs phrases l'une l'autre, elles étaient réellement identiques. Habituellement, chez les jumeaux, même les vrais, il y avait toujours un petit détail qui variait de l'un à l'autre, pas forcément un trait physique, mais une façon de se tenir, d'incliner la tête, un truc dans le regard... Il regarda rapidement l'autre jumelle (vert acide et fushia T^T). Pas chez elles. En fait elles n'étaient pas juste jumelles, mais deux fois la même personne.

    Un frisson parcourut la colonne de Reita. Ca lui rappelait le carnage des taudis, ce mec qu'il avait immédiatement repéré à l'odeur, dont le visage avait fondu, qui s'était fait cloué au mur par Ikuto et humilié et torturé pas Kawaru. Le pire, c'était la façon dont il l'avait tué. Il lui avait froidement tranché la gorge, comme si la torture n'avait pas suffit. Il lui avait fait une blessure de plus et l'avait laisser mourir en se vidant de son sang, dans d'abominables et interminables souffrances... Le problème n'était pas ce que Kawaru avait fait ou non, en fait. Mais cette façon d'agir, c'était exactement la méthode de Reita. Il s'affala un peu plus contre le comptoir. Oui, c'était comme ça qu'il tuait. Du moment que la cible mourrait, c'était pareil, il avait fait son taf. Sauf que ça c'était l'excuse qu'il se sortait à lui même pour éviter de trop se dégoûter.

    De l'exterieur, le blondinet avait l'air d'enfin céder à l'alcool et de sombrer dans un coma éthylique étrange. A ceci près que maintenant il gémissait doucement, subitement triste. Et ces derniers temps, chaque fois qu'il était triste, qui revenait sur le tapis ? BINGO ! Sauf que bon, une absence si longue, quand même... C'était un peu étrange. Il fallait que Reita se renseigne. Si ça se trouvait, il s'était fait accroché par une bagnole et était encore dans les vapes à l'hosto !... Lui-même y était resté quelque jours, mais si c'était arrivé juste après sa sortie... Reita se redressa aussi subitement qu'il s'était affalé. OH MY GOD ! Il fallait absolument qu'il aille voir à l'hôpital si... Euh... Ben nan, en fait. Il fallait surtout qu'il achète ce fucking poison pour être enfin débarrassé d'Hibari. Oui !

    Il plongea une main dans sa poche. Il avait largement de quoi payer pour le désinfectant - celui qu'il avait bu toute la soirée - mais doutait que ça suffise pour ça ET pour les jumelles... Reuhm... Et hors de question qu'il demande un crédit. Et comme après ça il avait plus tellement l'intention de sortir (le sake à la maison était meilleur), il ne savait pas quand il retomberait sur elles... Bien bien bien.


    - Tu prends quoi comme type de paiement ?

    La flemme de les vouvoyer, de toutes façons il leur parlait à toutes les deux et elles étaient la même personne

__ "..." _____________________________________

« Monsieur Kurôkami, vous êtes hippopotomonstrosesquipedaliophobe »
« Quoi ?! NOOOOOON !! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humeur : Pleines d'énergie.

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Sam 30 Oct - 18:43

    Le Kuroi avait l'air d'hésiter. Où plutôt, d'être emmerdé par leur question, comme si il s'en fichait totalement. Il finit par répondre aux jumelles, et celles-ci eurent la même impression que s'il avait sorti une pièce et tiré à pile ou face. La réponse les fit cependant sourire.

    « Lent et douloureux. »

    Et sans plus se préoccuper des Murakumo Sisters, Reita retourna à sa beuverie. Li Mei et Yuha quant à elles, étaient malgré tout impressionnées par ce mec hors du commun. Bon, outre le fait qu'il ait certainement un foie inhumain pour si bien supporter l'alcool, il avait choisi la solution "difficile" au hasard - ou, si il avait mûrement réfléchi, il le cachait bien. Et ça ne semblait pas l'affecter plus que ça. En fait, on aurait presque dit qu'il venait d'acheter son pain ou une autre broutille du même genre.

    Le Kuroi tourna à nouveau son attention sur les jumelles ; il détailla d'abord Li Mei, puis Yuha, et les deux sœurs jurèrent le voir frissonner. Était-ce leur ressemblance parfaite qui lui faisait cet effet ? Ça paraissait plutôt léger, comme raison - il devait y avoir autre chose, de plus personnel. Et les Murakumo Sisters étaient décidément bien trop curieuses ; après tout, tant qu'ils achetaient, peu leur importaient les états d'âme des clients. Le client en question venait justement de laisser un peu plus glisser sur le bar. Il allait finir à moitié allongé dessus, si ça continuait. Il se mit à gémir doucement - autant dire qu'avec la musique que crachait les platines, c'était imperceptible si l'on ne se trouvait pas juste à côté de lui - comme si l'alcool venait enfin de passer dans son sang et qu'il se payait un trip.

    Les jumelles commençaient à s'impatienter - ok, attendre n'était pas franchement leur fort, surtout lorsqu'elles étaient sur le point de conclure une affaire - lorsque Reita glissa une main dans sa poche. Bon timing, un peu plus et elles retournaient danser sur la piste (en gardant un œil sur celui qu'elles considéraient comme leur client, bien entendu).

    « Tu prends quoi comme type de paiement ? »

    A laquelle des deux Akai's s'adressait-il, mystère. Li Mei et Yuha en conclure que c'était à elles deux en même temps, malgré l'absence de vouvoiement. Les jumelles ne se baladant pas avec un appareil pour les cartes bancaires, il semblait évidemment qu'elles prenaient surtout des paiements en liquide. En chèque, à la limite.

    « On préfère le liquide... »

    « ... Mais au pire on prend les chèques, si tu veux. »

    Encore une fois, elles échangèrent un sourire malicieux. Tout en elle semblait emmerder Reita ; leur ressemblance, leur manie de se compléter, ce qui pouvait se résumer ainsi : le fait qu'elles ne fassent qu'une. Et ça les amusait follement. En fait, elles auraient bien aimé en savoir un peu plus sur ce Kuroi. C'est Li Mei qui prit l'initiative de poser une question la première ; au pire des cas, elle se ferait envoyer sur les roses.

    « Au fait, pourquoi t'essaye de te souler ? »

__ "..." _____________________________________



« They told us sin's not good but we know it's great »



Dernière édition par Li Mei & Yuha le Mer 20 Juil - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reita, Kuroi

avatar

Humeur : Rrrrrrrrrh !

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Dim 31 Oct - 11:49

    - On préfère le liquide...

    - ... Mais au pire on prend les chèques, si tu veux

    Mon Dieu que c'était chiant. Bon. Reita essaya de faire un maximum abstraction de leur foutue manie de parler à deux. Mais c'était pas facile. Il alla fouiller dans son autre poche. Est-ce qu'il avait encore le chéquier de papa Kurôkami ? Étant mineur (majorité japonaise = 20 ans), il n'avait pas le droit à un chéquier. Donc il tirait sur celui de papa. Qui de toutes façons avait énormément de comptes tous aussi outrageusement remplis les uns que les autres. Bref, la traite du prix du poison ne se remarquerait pas. Et quand bien même, il ne voyait son père que tous les six mois, et pour son anniversaire. Même s'il découvrait le pot-aux-roses, il oublierait de l'engueuler avant qu'ils se croisent à nouveau. Ou mieux : il payait la conso par chèque et le poison en liquide ! Doucement, il extraya le carnet de chèques de sa poche et l'ouvrit : vide. Plus une seule feuille. Fucking Shit, c'était pas son jour ou quoi ?! Un peu plus dépité encore, il s'affala encore sur le comptoir

    - Au fait, pourquoi t'essaye de te souler ?

    Hein ? Reita se tourna vers Miss Flashy avec un regard surpris et un rien colérique. Nan mé attends, d'où elle se permettait une question pareille ? Ils étaient bons potes, tous les trois ? Ils étaient dans le même Clan ? Ils n'étaient pas des ennemis naturels ?

    - Mauvaise semaine !

    Bien sûr qu'il se confiait de temps en temps à de charmantes demoiselles. En général elles s'étonnaient de "le découvrir si sensiiiiible", elles le plaignaient, et si ils se débrouillait bien il pouvait conclure dans la soirée.Mais primo ces deux là n'avaient pas grand chose de charmant, secondo elles pourraient très bien utiliser les informations données contre lui dans le futur !

    Et puis... Pourquoi il essayait de se souler, déjà ? Puisque c'était impossible, il n'essayait pas. Alors pourquoi il s'enfilait encore et encore des verres de la mixture presque plus soupe que boisson tellement elle était concentrée ? Pour penser à autre chose. Oui, pour avoir quelque chose de bassement matérialiste devant le nez et ne pas penser au carnage d'il y avait seulement quelques jours. Et pour ne pas penser à Hibari. Il était où, il faisait quoi en ce moment ? Est-ce qu'il allait bien ? Reita soupira avec lassitude et reporta les yeux sur son 75e verre... PUTAIN DE MERDE ! Il pouvait pas juste s'arracher de son cerveau, ce con ?! Et même quand le blondinet parvenait à faire abstraction du brun, il y avait toujours un petit truc qui revenait, une connerie, genre "Fuck, j'ai pas écrit "confiture d'abricot" sur la liste de course", et la, confiote = tartine, tartine = nutella, nutella = ...

    CENSURED

    Et voila que ça repartait !


    - Pour penser à autre chose

    Finalement là tout de suite il préférait effectivement penser à autre chose - soit les problèmes engendrer par la libération d'informations aussi capitales que sa vie sentimentale à des Akai's.

__ "..." _____________________________________

« Monsieur Kurôkami, vous êtes hippopotomonstrosesquipedaliophobe »
« Quoi ?! NOOOOOON !! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humeur : Pleines d'énergie.

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita] Mer 20 Juil - 12:02

    Haha, le Kuroi avait l'air choqué par leur question. Enfin, celle qu'avait posé Li Mei, ce qui correspondait à leur question à toutes les deux. D'ailleurs il répondit en s'adressant à Yuha par un simple :

    « Mauvaise semaine ! »

    Allons bon. Ça ne les avançait en rien ça, et en plus l'histoire du paiement semblait complètement oubliée par le Kuroi depuis qu'il avait rangé son chéquier désespérément vide. Peut-être que l'alcool commençait réellement à faire effet ; quoiqu'il en soit, les jumelles allaient devoir recentrer la conversation sur la transaction - et renoncer à leur petite enquête ? C'était distrayant pourtant, mais les affaires d'abord. Alors que Yuha s'apprêtait à prendre la parole, en espérant que le blond soit réceptif et qu'il ne glisse pas de son tabouret pour s'affaler sur le sol, ce dernier ajouta quelque chose. Tiens, étonnant, les jumelles le croyaient complètement paumé dans ses pensées depuis une bonne minute.

    « Pour penser à autre chose »

    Classique. Restait à savoir ce qui le tracassait à ce point ; les Kuroi's avaient-ils des problèmes ? Les deux soeurs n'y croyaient pas vraiment, puisque leur leader venait de ré-apparaître et que, d'après ce qu'elles savaient, l'alliance temporaire avec les Mizuiro's tenait toujours. Quant aux Akai's - elles, quoi - et aux Shiori's, ils se tenaient globalement tranquilles en ce moment. Problème personnel alors, non ? Un sourire s'épanouit à nouveau sur le visage des jumelles. Le plus probable était... Un problème de coeur ; et ça, c'était amusant.

    Finalement, elles allaient continuer à essayer de le faire parler. Mais la transaction passait toujours en priorité, Li Mei prit donc la parole en premier (c'était celle qui était habillée sobrement ce soir, elle allait donc tenir le rôle sérieux).

    « Si t'as rien, on peut voir ça un autre jour ; mais sinon, on pourrait peut-être effectuer cette transaction, non ? »

    Une pointe d'impatience était visible chez les jumelles ; elles voulaient expédier cette affaire, empocher le fric, et pouvoir passer à la partie la plus distrayante, à savoir : trouver ce qu'un Kuroi pas forcément tendre, scotché au bar du Night Club, essayait d'oublier. Déterminer ce qu'il essayait de renvoyer dans un coin isolé de son cerveau. Les Murakumo Sisters aimaient les devinettes, et elles attendaient simplement d'être fixées sur leur petit commerce avant d'attaquer les questions plus ou moins subtiles. Le faire avant, c'était risquer de perdre un client en le rendant triste/colérique ou elles ne savaient quoi d'autre. Ou éventuellement qu'il fasse un coma éthylique, vu ce qu'il s'enfilait. D'ailleurs, ce mec devait être friqué, puisqu'il n'hésitait pas à foutre en l'air son argent dans de l'alcool qui ne le saoulait même pas correctement. Toujours parfaitement synchronisées, les Akai's reposèrent leurs verres respectifs sur le bar, elles venaient d'en boire la dernière gorgée. Elles s'en tiendraient à ça pour la soirée, après tout... Elles n'avaient rien à oublier, elles.

__ "..." _____________________________________



« They told us sin's not good but we know it's great »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé,

MessageSujet: Re: « Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita]

Revenir en haut Aller en bas

« Si on allait ... » « ... lui parler ? » [Reita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Ville :: Quartier Ouest :: Night Club-
Sauter vers:

Nos logos   Demandes