Vous êtes en retard, Invité, une heure de colle !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une discussion... Pas si banale ? [Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Takeshi, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Dim 24 Juil - 19:47

Takeshi se saisit de son MP3 qui se trouvait toujours dans son lit s’il n’était pas dans une de ses poches. Il adorait écouter de la musique à n’importe quel moment de la journée, ça lui permet de se détendre ou simplement de se distraire. Il était d’humeur difficile et zappa une bonne quinzaine de chansons avant de trouver son bonheur… Awake & Alive de Skillet, ce n’était pas son groupe préféré mais le style lui convenait plutôt bien, énergique et rythmé. Il attrapa alors ses écouteurs, mettant le droit correctement et posant simplement le gauche sur son oreille, ça serait plus pratique pour entendre son colocataire s’il parlait. Au fur et à mesure de la mélodie, son esprit vagabondait ailleurs… A la fin du morceau, il n’avait entendu qu’un soupir de son camarade et enfonça l’autre écouteur dans son oreille gauche. Il était désormais dans sa bulle, presque comme déconnecté du monde réel. Alors qu’une nouvelle chanson commença, il se dit qu’il aurait aimé savoir jouer d’un instrument, guitare, basse ou batterie mais il ne s’y était jamais suffisamment intéressé.

S'il avait quelque chose à regretter de l'internat, c'était bien le fait que ses occupants n'ont pas le droit de sortir le soir. Lui qui adorait déambuler dans la ville au gré de ses envies, surtout la nuit où elle est bien plus belle et (parfois) plus tranquille… Il ne pouvait plus le faire aussi souvent qu’avant, officiellement, vu qu’il lui est interdit de quitter l’enceinte de l’établissement. Bien sûr, la plupart des membres de clans ne se souciaient en aucun cas du règlement et ne se gênaient pas pour faire une escapade de temps en temps, mais il préférait ne pas "s’évader" seul et ne voulait pas déranger ses camarades Mizuiro’s chaque fois qu’une de ces envies le titillait. Lorsqu’il était encore au lycée privé pour bourges, il y a de cela deux ans, le règlement était le même, mais il était bien plus simple de le contourner : la sécurité était vraiment faible et le chargé de discipline n’était pas Ren Dômoto… Il quittait ainsi sa chambre presque tous les soirs aux environs de vingt-deux heure pour ne revenir qu’entre une et deux heure du matin. Durant ce laps de temps, il se promenait, voyait des potes, buvait un (ou plus) coup dans un bar par ci par là, etc. La belle vie quoi… Mais il ne regrettait pourtant pas son intégration à Shizuka : les fils de bourges de son ancien bahut commençaient sérieusement à l’énerver, bien qu’il ne soit pas un élève à problèmes, il commençait à être impliqué dans certaines bagarres et cela ne pouvait que lui nuire.
Ce soir, il aurait bien proposé à Hibari de s’échapper quelques heures pour passer le temps et parler tranquillement, hors du cadre du lycée, mais il était presque sûr que ce dernier l’enverrait chier s’il lui demandait, et il n’allait pas se plaindre étant donné qu’il avait réussit à tenir une conversation respectable avec lui, ce qui est tout sauf habituel.

Perdu dans ses pensées, il perçut du mouvement autour de lui et se concentra sur ce qu’il se passait. Son camarade venait de se redresser et commençait de s’habiller. Il mit un vieux jean et un pull, puis saisit son portable et un couteau qu’il rangea dans ses poches. Akasen enfila alors sa veste sombre que le plus jeune trouvait élégante. Takeshi regarda son ainé avec curiosité "Qu’est ce qu’il fait ? Où va-t-il ?" pensa-t-il. Il ne posa toutefois aucune question, se contentant de fixer son coloc’ avec un mélange de surprise et d’interrogation. Bien que conscient de sa grande curiosité, le jeune homme pensait que chacun avait le droit de vivre sa vie comme il l’entendait sans avoir de comptes à rendre, c’est pour ça qu’il ne posa pas de questions même s’il aurait aimé savoir… Mais parfois il ne pouvait se retenir.

Il remarqua alors que le plus âgé le regardait et devait avoir saisit l’interrogation de son cadet. Il dit alors :

- Je vais m’poser sur le toit, histoire de m’changer les idées. Si tu veux, t’as qu’a venir, y’aura moyen de discuter de choses plus… intéressantes pour toi que de baston avec les Shiori.

Pour une surprise, c’était une surprise, et de taille. Jamais le plus jeune n'aurait pensé qu’Hibari se justifierait et encore moins qu’il l’inviterait à le rejoindre. Il commençait à penser que finalement, son camarade n’était pas si inaccessible que ça et que sa persévérance portait ses fruits. Il ne se fit toutefois pas trop d’illusions , préférant se dire que l’autre devait être de meilleure humeur qu’habituellement et qu’il ne faudrait pas prendre cela comme définitivement acquis : bien que d’un naturel plutôt optimiste, Takeshi restait humble. Alors qu’il allait se lever pour enfiler des vêtements, Hibari disparut avant qu’il n’ait prononcé mot. Il revint presque aussitôt, lançant :

- Te fais pas pécho par l’autre conne de Dômoto par contre, elle risquerait de me griller aussi et ça ferait chier.

Et il s’enfuit dès sa phrase terminée. Le jeune homme était désormais seul dans la chambre et une occasion en or s’offrait à lui : son camarade de chambrée, parfois associé à une porte de prison, lui proposait lui-même de l’accompagner sur le toit pour discuter. Sa décision était toute faite et il n’eut pas besoin de réfléchir pour accepter la proposition. Même s’il savait l’autre déjà parti, il répondit comme pour lui-même :

- Je me sappe et j’arrive !

Il mit alors un bermuda noir orné de quelques motifs tribaux blancs et un t-shirt noir en col V et aux manches trois quarts. Il n’avait pas à se soucier du froid vu la chaleur ambiante. Même pour une escapade comme celle-ci, le jeune homme tenait à être un minimum présentable et élégant. Il détestait par-dessus tout se trouver laid ou mal apprêté. Restait alors la partie la plus difficile : se rendre sur le toit en esquivant la collante chargée de discipline, Dômoto. Le dortoir des garçons se situant au deuxième, il avait deux étages à monter pour accéder au toit. Il sortit aussi discrètement qu’il put de sa chambre et se faufila jusqu’aux escaliers qu’il emprunta rapidement : c’était l’endroit où il avait le plus de chance de se faire repérer car il n’y avait aucune cachette à disposition s’il venait à croiser la surveillante. Alors qu’il s’engageait sur les escaliers menant au toit, il aperçut une silhouette féminine au loin, derrière lui. Ca devait être elle ! Sans réfléchir, il se jeta derrière une porte et pria pour ne pas avoir été repéré. Après deux longues minutes d’attente, il sortit de sa cachette, remerciant sa vivacité : la chargée de discipline finissait sûrement sa ronde habituelle et ne s’était rendu compte de rien.

Il arriva alors sur le toit où il aperçut Hibari s’appuyant sur une grille, au bord, deux bouteilles de bière à la main. En se dirigeant vers lui, il put admirer la vue que lui offrait cet emplacement : elle était simplement magnifique. De nuit, la ville vue d’ici était splendide : on y voyait les lumières des enseignes, des lampadaires, des voitures, ainsi que les passants se promenant avec légèreté le long des rues. Il comprit alors que Shizuka vivait véritablement la nuit, contrairement à ce que l’on pouvait penser. L’activité y semblait vraiment intense et la sensation procurée par une telle vue était indéfinissable, surtout lorsque le ciel dégagé permettait à la lune de l’éclairer.

Arrivant à hauteur de son ainé, le plus jeune le salua d’un vague geste de la main. En retour, il attrapa au vol la bouteille de bière qu’Akasen venait de lui lancer. Il le remercia alors tout en se demandant où il les planquait. Le bras droit Mizuiro semblait vraiment détendu et serein, c’est comme si cet endroit lui permettait de recharger ses batteries presque instantanément.

- La vue est vraiment belle d’ici ! T’y viens souvent ?

Il avait dit ça calmement, sans se presser. Il avait l’impression d’avoir toute la nuit devant lui et était vraiment détendu. Certes, ses propos étaient vraiment classiques, mais le fait que son ainé aime se retrouver ici lui paraissait étrange.

- Sinon, tu sais quand c’est la prochaine soirée Mizu’ ? Tu viendras ?

Il demandait comme ça : il ne voulait pas vraiment parler d’histoires et d’embrouilles entre clans, mais simplement de trucs sans prise de tête, calmes ; et la réponse de son ainé l’intéressait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Dim 24 Juil - 21:22


« Such a lonely day should be banned
It's a day that I can't stand »

    Comme prévu, Takeshi était monté le rejoindre. Il écoutait de la musique… Bah, comme beaucoup de jeunes, ce n’était pas choquant en soit, juste que notre oiseau l’avait remarqué, rien de plus. Lui-même en écoutait d’ailleurs pas mal, mais en journée, pour échapper au brouhaha environnant, le calme du soir était bien trop précieux pour que le jeune homme écoute de la musique à ce moment. Les lumières de la ville s’agitaient en bas : les phares des voitures, les panneaux publicitaires, les affiches lumineuses des grands magasins, des bars célèbres… Au loin, le quartier sud était facilement repérable grâce aux immeubles, chaque fenêtre formait un petit carré lumineux lointain, mais visible. Shizuka était de ces villes qui ne s’éveillent qu’à la nuit tombée. La seule animation du jour était les courses rapide de papy mamy et encore ! Le lycée provoquait aussi le mouvement des jeunes, routine quotidienne, se lever, se laver, manger, aller en cours… Rien de bien extraordinaire en somme. Tandis que la nuit… La nuit les jeunes sortaient, allaient en boite, étripaient un ou deux d’entre eux, tabassaient un flics par ci par la – et c’était bien fait pour leur sales gueules…- Et menaient leur petites activités de la nuit : Deal, Prostitution parfois, rien de bien jojo en somme, mais c’est ce qui faisait l’activité de la ville, comme si Shizuka tombait le masque lorsque la Lune s’élevait dans son épais ciel d’encre, encre qui reflétait parfaitement les lumières de la ville.

    La nuit convenait plutôt bien à notre oiseau, mais ainsi, observant cette étendue agitée et lumineuse depuis son petit perchoir et une bière à la main, son pauvre petit cerveau divaguait bien trop souvent à de profondes réflexions qui, pourtant, ne menaient finalement à rien d’autres qu’à des conclusions tantôt inexistante, tantôt incompréhensible. Le liquide ambré descendit à nouveau dans sa gorge qui exprima pleinement sa satisfaction par un autre soupir. Une légère brise vint chatouiller sa peau et jouer avec quelques mèches brunes, masquant ses yeux de fers à demi clos, ne laissant ainsi visible qu’un fin sourire narquois. Si ce mec était une porte de prison de jour, de nuit, il devenait un vrai mystère.

    Son colocataire semblait, tout comme lui, apprécier la vue tout au tant que la boisson dorée. D’ailleurs, il lui posa une question :

    - La vue est vraiment belle d’ici ! T’y viens souvent ?

    Peut importe qu’il y vienne souvent ou pas… qui s’en soucie de toute manière ? Le jeune homme avala une autre gorgée de sa bouteille, à moitié pleine, ou à moitié vide selon notre point de vue. Il haussa les épaules brièvement, s’affala à demi sur la barrière, le menton posé sur ses bras croisés. Il répondit dans un souffle, mais de façon audible et compréhensible cependant :

    - Ça m’arrive… de temps à autre…

    C’était comme si, sur ce toit, dans la pénombre, le temps n’avait pas d’importance. Le jeune homme finit d’une traite sa bière, d’une traite oui, mais avec une lenteur contrôlée, puis posa ensuite le « cadavre » de son enfreint au règlement sur le sol, se laissant presque tomber, mais toujours avec cette maîtrise presque féline, au sol, s’allongeant de tout son long sur le sol, les yeux plantés dans le ciel. Les étoiles étaient belles… très nettes, comme si le ciel s’était vêtu de ses plus beaux effets qui prenaient le luxe de se refléter dans l’anthracite du Second des Mizuiro’s. Il y avait tant de légende sur les points lumineux… Il y avait pourtant d’autres explication, bien plus scientifique… Mais ces étoiles, ces corps brulants de la plus belle lumière, est ce qu’une nouvelle apparaissait vraiment chaque fois qu’un être disparaissait ? Est-ce que sa sœur était vraiment là haut, à le surveiller ?

    Ainsi, une autre question le sortit de sa réflexion, de ses questionnements. Il se passa une main sur le visage et remercia mentalement son colocataire de le sortir de ce genre de pensées grotesques et inutiles : jamais il n’aurait de réponse. Et puis ce n’était pas comme si il était venu ici pour se triturer les méninges, pour se refoutre le morale dans les chaussettes.

    - - Sinon, tu sais quand c’est la prochaine soirée Mizu’ ? Tu viendras ?

    La prochaine soirée Mizu’ hein… Normalement c’était… ce week end. Oui, ce vendredi soir qui venait, mais comme d’habitude, le samedi soir serait aussi un soir de fête… Les jeunes de l’Est avaient du mal à s’arrêter quand ils commençaient ainsi à martyriser leur foie et leurs bronches. S’il irait ? Oui, comme à chacune… Il n’avait rien de mieux à foutre de toute manière… Et puis, pourquoi raterait-il l’occasion de se foutre une belle mine avec son meilleur ami ? En fait si, il y en avait une de raison, et ça le fit soupirer… Reita… Vous vous demandez encore quel rapport y’a-t-il ? le rapport c’est que il y a toujours ces nanas qui n’osent pas l’approcher en temps normal, mais qui voyez vous s’en donne à cœur joie quand il est fait comme une tartine… Ce n’était pourtant pas comme s’ils étaient ensemble, tout du moins pas encore, mais ça lui foutrait quand même sacrément les boules de se faire quelqu’un dans son dos, et il n’en avait même pas l’envie d’ailleurs, mais il avait l’alcool amoureux… Ah… douce fièvre, quand tu nous emportes dans ton étreinte… Bah, il n’aurait qu’à se contrôler… De toute manière, se retrouver démunis une fois de plus dans la rue en rentrant, non merci, il avait déjà donné il n’y a pas si longtemps avec ces enculés de keufs…
    Le jeune homme tendit un bras au dessus de lui, observant son poignet droit dont les chaires étaient encore marquées par l’acier des menottes. Déjà qu’en tant normal, les trips sado-maso ce n’était pas vraiment son pied, imaginez quand c’était avec des keufs qui vous tabasse pour leur beau plaisir… Un frisson parcourus l’échine du jeune homme qui se rendit compte qu’il avait installé un long silence alors que son colocataire attendait toujours une réponse…

    - C’est ce vendredi soir… Ouais, j’y serais…

    Encore un moyen de perdre complètement ma crédibilité en tant que grosse muraille impassible devant les p’tits nouveaux, mais bon, j’vais pas m’priver pour une réputation. Déjà que j’suis dingue d’un Kuroi… Un nouveau soupir accompagna ses pensées. « dingue »… Jamais il n’aurait penser en arriver là de nouveau et encore moins avec ce genre de personne… Il se sentait, pour le coup, carrément pitoyable, mais bon, c’était pas l’genre de chose qui regardait qui que ce soit, même si de toutes manières, Hideki s’était empressé de lancer ce paris idiot comme quoi Hibari sortirait avec le Blondinet des Kuroi’s, répandant ainsi toutes sortes de rumeurs que certains s’étaient gardés jusque là… « M ais, Akasen ne voulait pas sortir avec Komatsu-chan ? On les a vus pas mal ensemble pourtant ces derniers temps… » ou encore : « Akasen sèche beaucoup les cours en ce moment… vous croyez qu’il ne sort que le soir pour être avec Kurôkami ? » Dans le monde du potin de Shizuka, ces deux rumeurs faisait du bruit, tant et si bien que c’était parvenu à ses oreilles. Cependant, il n’avait pas daigné bouger son cul pour contredire l’une comme l’autre de ces rumeurs, que chacun disent ce qu’il veut. Et puis, s’il y a plusieurs rumeurs, ça laisse encore le doute planer, alors c’est pas bien dangereux.

    - D’ailleurs, si tu te cherches une nana, les soirées Mizu’s, c’est le meilleur plan…

    Il avait balancé ça comme un cheveu sur la soupe, mais au moins ça faisait de la discutions… Et puis mettons ça sur le dos de son cerveau qui l’avait mené sur des drôles de réflexions, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Lun 25 Juil - 13:16

Takeshi fixait la ville qui s’étendait devant lui. Il était aisé de se perdre dans ses pensées et c’est en la contemplant qu’il comprit pourquoi son ainé aimait être ici. Le calme règne en maître mot, on a l’impression de dominer une partie de la ville rien qu’en y étant. Les couchers de soleil devaient être magnifiques vus d’ici. En s’y attardant de plus près, on pouvait voir l’intensité de l’activité de Shizuka la nuit tombée, bien plus importante que ce à quoi il s’attendait pour un banal soir de semaine. En relevant légèrement la tête, le jeune homme put admirer un superbe ciel dégagé. Il ôta les écouteurs de ses oreilles et rangea son MP3 dans la poche droite de son bermuda pour admirer ce surprenant spectacle : jamais il n’aurait cru s’émerveiller ainsi devant le ciel, ou plutôt les étoiles en l’occurrence. L’absence de nuages permettait à la lune quasi pleine de refléter sa lumière, donnant lieu à un bleu nuit magnifique. Alors qu’il s’attachait à différencier les différents constellations, il se demanda si sa mère pouvait le voir de là haut… Après sa mort, il était retourné habiter avec son père pendant un mois et depuis, jamais plus il n’avait évoqué ce souvenir. Il ne parlait jamais de cette tragédie à qui que ce soit, il avait ses raisons : il trouvait cela bien trop personnel pour être divulgué à tout le monde, et il ne voulait pas de la pitié de ses amis, et encore moins de l’hypocrisie des autres. Perdre un être cher est une épreuve douloureuse qu’il avait préféré affronter seul avec son père, c’est à peine s’ils avaient prévenus la famille moins proche de son décès. Le jeune homme évitait d’y penser pour continuer de vivre normalement, même s’il savait très bien que sans sa mère, ce n’était plus comme avant. Il manquait quelque chose… Peut-être était-ce l’affection maternelle… Des détails insignifiants au premier abord étaient devenus un vrai manque. Par exemple lorsqu’il rendait visite à ses parents, il aidait toujours sa mère à préparer le repas, elle lui offrait aussi toujours une bricole, comme un porte-clefs… Ce n’était pas grand-chose, mais ces rituels disparurent avec elle et il en était vraiment chagriné. Repenser à cela l’avait rendu mélancolique et cela était visible : son visage d’habitude souriant et enjoué était triste et fermé.

Il se força à sortir de ses pensées obscures pour profiter du moment présent. Ca lui avait donné soif, il but trois bonnes gorgées de bière avant de retrouver son expression habituelle, le liquide ambre s’écoulait rapidement, le jeune homme adorait cette boisson, dont son frigo était blindé. Il pouvait facilement en torcher une dizaine par jour, mais préférait éviter : au final, ça lui revenait vachement cher ! Il faut dire qu’il avait une bonne descente et que ce n’est pas avec de la bière qu’il va prendre une cuite… En revanche, la donne change si l’on parle d’alcools plus forts comme la Vodka, le sky’, etc. Le plus jeune n’était vraiment pas difficile à ce niveau et il pouvait boire de tout ou presque, sa préférence allant au classique mélange de Vodka et de Red-Bull, il n’aimait cependant pas le cognac, qui le lui rendait bien : chaque fois qu’il en avait consommé, il avait posé sa plaque juste après ! Le comportement de Takeshi lorsqu’il est ivre ne diffère pas vraiment de celui des autres, dire de la merde et faire des conneries, rien de spécial en somme. A une soirée l’année dernière, il était avec un pote et avait acheté quelques pétards de la taille d’un bâton de dynamite qu’ils s’étaient éclatés à envoyer par la fenêtre de la maison d’un type qui venait de sortir pour leur demander de se taire alors qu’ils simulaient un combat, mixant Power Rangers et DBZ… Du grand n’importe quoi ! Le plus jeune sourit à ce souvenir et la voix de son ainé lui parvint :

- Ça m’arrive… de temps à autre…

Le ton était désintéressé, comme s’il se foutait de ses propos (ce qui n’était pas vraiment étonnant vu la question de merde)… Le regard de Takeshi se porta sur son interlocuteur qui était en train de vider sa bière d’une traite, mais lentement, comme s’il contrôlait la quantité précise contenue dans chaque gorgée. Une fois qu’il l’eut terminée, il laissa nonchalamment tomber le contenant par terre tout en dégageant cette étrange sensation de maitrise. Le plus jeune s’allongea par terre, s’appuyant sur ses coudes pour continuer de profiter de la vue face à lui, rien de tel qu’une bonne bière devant un spectacle comme « Shizuka by night ».

- C’est ce vendredi soir… Ouais, j’y serais…

Alors comme ça c’était bientôt la prochaine soirée Mizu’… Bien que n’étant pas encore un habitué, Takeshi savait très bien comment ça se terminerai : une grosse mine ! Pour ce qui est de faire la fête et de se bourrer la gueule, les jeunes du quartier Est savent s’y prendre et rares étaient ceux qui n’en avaient jamais entendu parler. Plus étonnant en revanche, le fait que son coloc’ fréquente ces soirées le surprenait : il aimait tant le calme, le plus jeune pensait donc que ce genre d’évènements n’était pas sa tasse de thé, mais soit : ça lui ferait plaisir de voir son ainé à cette occasion, il demanda alors :

- T’y vas avec quelqu’un en particulier ?

Toujours aussi curieux, Takeshi n’avait cette fois pas pu s’empêcher de poser la question. En temps normal, il n’aurait obtenu pour réponse qu’un regard réprobateur et menaçant, mais peut-être que ce soir, il aurait droit à un grognement approbateur ou non, voir même à une phrase complète de la part du bras droit des Mizu’ qui semblait vraiment serein !

- D’ailleurs, si tu te cherches une nana, les soirées Mizu’s, c’est le meilleur plan…

Un sourire se dessina sur le visage du jeune homme : ça faisait longtemps qu’il n’avait pas fait quelque chose à ce niveau et une opportunité comme celle-ci ne le laissait pas indifférent. Il acquiesça d’un hochement de tête avant d’ajouter, enthousiaste :

- Yeah, c’est pas moi qui refuserait si une bonne occas’ se présentait ! T’as quelqu’un toi au fait ?

Il avait demandé cela sans arrière pensée, mais se dit après coup que c’était sûrement trop personnel et qu’il n’obtiendrait pas de réponse. Tant pis, ce n’est pas comme s’il ne pourrait pas dormir sans savoir, il voulait juste faire la conversation sur tout et rien, comme le font deux personnes normales.



Dernière édition par Takeshi le Lun 25 Juil - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Lun 25 Juil - 16:20


« You'd be surprised what I endure
What makes you feel so self-assured »


    Takeshi semblait, une fois de plus, enthousiaste à l’idée que la prochaine soirée Mizuiro arrivait à grand pas. Un autre alcoolique notoire dans le gang ? Bah… c’est pas comme si y’avait pas déjà énormément de bon vivant parmi le clan… Mais la pire de toute restait sans aucun doute Kimitsu, enfin Midori. Cette fille là, elle était complètement barrée… le changement de comportement qu’elle avait entre sa vie de tout les jours et son attitude très surprenante en soirée Mizu tenait de la schizophrénie, sans déconner ! De prime abord, elle ressemblait à une désintéressée je m’en foutiste de première catégorie… mais une fois le nez dans l’alcool et les poumons dans la fumée, c’était une tout autre paire de manche, complètement délurée, faisant les pires conneries qui soient…

    Mais déjà, rien que le fait qu’elle se soit colorée les cheveux en vert après être entrée dans le clan montrait bien qu’il lui manquait une case quelque part. Et cet exemple ci n’en était qu’un parmi tant d’autre ! Parce que les autres du clan étaient, sans pour autant parler d’Hisoka et Hibari qui en tiennent une sacré couche, tous aussi barjot les uns que les autres, à leur manière. Ouais, y’avait pas que les Akai qui savaient s’amuser ! Ne fallait pas croire ! Et puis même les quelques civils qui venaient… Ce n’était que des habitants du quartier, mais ils étaient tout aussi timbrés ! Rien qu’a voir Hideki, vous comprendrez ! Vous le trouvez chiant sobre ? N’essayez pas de l’imaginer avec trois grammes dans le sang… C’est tout simplement abominable, parce qu’en plus il rallie des gens à sa cause et vous fera chiez jusqu’à la fin de la soirée ! Parce qu’en plus, pour le foutre par terre celui-là…

    Bref, tout ça pour dire que ces soirées accueillent bien des tarés, croyez le ! Un fin sourire étira le visage d’Hibari qui n’avait cependant pas détourné le regard de la Lune. Il passerait des heures et des heures, allongé là, à regarder le satellite naturel de la planète noyé dans ce ciel d’encre. La voix de son colocataire le sortit lentement de sa torpeur et résonna dans le silence épais de la nuit :

    - T’y vas avec quelqu’un en particulier ?

    Non, il n’allait jamais en soirée accompagnée, mais pour le coup, ça lui était arrivé un paquet de fois de repartir accompagné… ou de pas repartir tout court mais d’être accompagné quand même… C’est fou… L’alcool est capable de rendre les plus timides aussi dévergondé(e)s que la suceuse du coin… Au moins, avec l’arrivée de Yoshida qui semblait plutôt sur le coup, certains aurait un peu plus la paix et moins de tentation à faire une énorme connerie qui pourrait lui couter une paire de ciseaux planté dans les yeux…

    - J’y vais rarement accompagné, enfin pas de le sens que ça sous entend, parce que sinon j’arrive toujours en même temps qu’Hisoka : on fait la route ensemble.

    Pourquoi cette précision ? Parce qu’après tout, bien qu’il en doute, Takeshi avait demandé s’il y allait tout seul, pas nécessairement dans le sens : t’as une midinette avec toi ? Bref… a suite de la conversation lui indiqua donc que ce cher coloc’ n’avait pas de miss… étonnant… Pourquoi étonnant ? Parce qu’il n’est pas nécessairement laid, au contraire, dans e genre mec bien bâtit il n’était pas spécialement mal classé, en plus il était chez les Mizu, un clan relativement populaire auprès des nanas et pour finir ce couillon finit souriait tout le temps comme un demeuré, à l’exacte opposé d’Hibari, mais ce comportement attire tout autant les dindes en chasse. Et à Shizuka, ce n’est pas comme si y’avait pas le choix, donc il aurait très bien pu se cueillir une donzelle avec facilité.

    - T’as quelqu’un toi au fait ?

    Le jeune homme tiqua un moment, un frisson lui parcourus l’échine… Il avait redouté la question en fait… mais il ne pouvait que se blâmer, c’est lui qui avait amené le sujet sur le tapis… Mais il se posa la question à lui-même… avait-il quelqu’un ? Bah… y’avais bien Reita, mais pour « être avec quelqu’un » dans le sens commun du terme, faut être deux à le penser, or, si jamais on posait la question à cet abrutis de Kuroi, il était étrangement persuadé que l’autre dirait que c’est un hétéro célibataire… Pourtant, on ne pouvait pas dire qu’il était totalement éprit du célibat puisqu’ils n’avaient pas été sans contacts plutôt… « Familier » pour autant ! Aussi, comme de toute façon il finirait par l’avoir, Hibari préféra se simplifier la tâche et trancher une bonne fois pour toute la question :

    - Y parait ouais… t’as du vaguement en entendre parler vu comment ça jase au bahut…

    A vrai dire, Hibari était quasi certain que Yoshida avait eu vent des rumeurs, qui n’en avait pas entendu parler sérieusement ? Merci Hideki… Et aussi, notre oiseau savait bien que même si c’était pour la conversation, ce petit colocataire était un brin trop curieux, et que donc élucider ce mystère enveloppant la vie sexuelle trépidante de ce pauvre bras droit Mizuiro devait être une histoire tout à fait surprenante, voir même carrément croustillante pour les mères ragots. Toute fois, il savait bien que Takeshi n’était pas de ces abrutis qui perdent leurs temps à fouiner dans la vie des autres. Il était juste curieux.
    Après, allez savoir pour quelles rumeurs Takeshi penchera plus, Aki ou ce Kuroi colérique ? La normalité de la chose le ferait pencher pour Aki : c’est vrai qu’il avait trainé un peu avec elle, et puis Hibari n’était pas ce genre de stalkeur à sécher les cours pour attendre un blondinet enragé en bas de chez lui ! Surtout à la vue des cicatrices qu’il arborait en ce moment… Cependant… Associé Hibari, qui approchait de ses dix neuf ans, à une gamine de seconde totalement innocente… ça paraissait impossible… enfin… elle souriait tout le temps, sautait partout, était bien trop familière avec tout le monde pour être une japonaise pur jus et lui n’était qu’une porte de prison entourée d’une atmosphère à moins cinquante degré Celsius… ça ne pouvait que paraître impossible !

    Enfin, Hibari lacha l’astre de la nuit des yeux et posa ses anthracites sur son camarade :

    - Si tu veux vendre l’infos te gêne pas, mais j’veux 50% du pognon.

    Un sourire en coin, rigolard et narquois avait brisé le masque serein mais indifférent du plus vieux, ouais, il savait que y’avais des tonnes de rumeurs et que certains paieraient très chers pour savoir la vérité, mais il en avait rien à foutre ! Et il ne se gênerait pas pour donner l’info en question à Takeshi si ça l’intéressait, à ses risques et périls. Parce que genre de renseignement, ça pouvait en choquer plus d’un : « Kami-sama ! Akasen Hibari, la porte de prison nationale s’est éprit d’un petit Kuroi blondinet borgne et colérique qui se prend pour un chien et qui plante des ciseaux dans le corps de ses victimes ! »… Ou quelque chose du genre, bien que la réaction de Yoshida-kun serait bien plus sobre.

    Mais pourquoi il donnerait ce genre d’infos à ce crétin ? Bah voyons, pas pour rien, y’a du profit derrière ! Plus vite les gens seront au courant, plus vite il pourra s’afficher… et ça, ça intéressait déjà vachement plus notre oiseau ! Et oui, chez les Akasen, y’a pas de petit profit ! C’est qu’Hideki aurait presque déteint sur lui !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Lun 25 Juil - 20:59

Takeshi avait déjà assisté à quelques soirées Mizu’ mais c’était il y a longtemps, et il n’était pas spécialement d’humeur à boire alors que maintenant, il n’aspirait presque qu’à ça. Il adorait faire la fête, surtout qu’il commençait à connaitre pas mal de monde chez les Mizuiro’s, ça ne pouvait rendre sa soirée que plus agréable. Il était donc vraiment impatient d’être vendredi pour enfin se lâcher et décompresser, mais… On n’était que mardi soir, il restait encore trois jours de cours avant le week-end, et le nombre d’heures d’éco restant était simplement déprimant… C’est avec ce cours qu’il a véritablement appris la définition du verbe « s’ennuyer » : ces moments étaient vraiment chiants et interminables, parfois, il lui arrivait de regarder son portable plus de quinze fois en même pas soixante minutes ! Pour passer le temps, tout était bon à prendre. Du morpion aux bagarres de gommes, en passant par l’incontournable sieste, il essayait par tous les moyens de faire passer le temps plus vite. Mais s’il se faisait chopper par la prof’, il avait le droit au même sermon rébarbatif et casse-couilles au possible : « Tu devrais t’investir, tu peux faire beaucoup mieux, il faut te motiver, y mettre du tien ! Tu as les capacités, à toi de les exploiter ! On sait de que tu peux avoir d’excellents résultats et on a l’impression que tu te contentes du strict minimum, faudrait commencer à bosser un peu, … ». Il avait entendu ça un nombre incalculable de fois, et le seul effet que ces - très - longues tirades avaient sur lui, c’était de le faire somnoler.

La première fois qu’il avait entendu parler de « soirées Mizuiro’s », il avait pensé que c’était une espèce de réunion chiante où chacun est assit dans une salle et où l’on discute juste du clan, de ses problèmes, son état, les trucs classiques quoi. Il s’était donc rendu à sa première fête Mizu’ sans que s’en était une, peu enthousiaste. C’est non sans surprise réalisa son erreur : il s’agissait bel et bien d’une soirée, et il s’était très vite rendu compte qu’en matière de faire la fête, les habitants du quartier est ne lésinaient pas sur les moyens : l’alcool coulait vraiment à flot et on aurait pu se croire à une « soirée VIP » où un bar a été réservé avec alcool à volonté. Beaucoup de monde était présent et il ne situait pas la plupart d’entre eux, et pour cause, tous les habitants du quartier y sont conviés, peu importe leur appartenance ou non au clan. L’ambiance était détendue et… Alcoolisée. C’est dingue comme les gens peuvent se comporter de façon totalement opposée à ce qu’ils sont d’habitude une fois bourrés : les timides ne l’étaient plus du tout et les autres faisaient encore plus de conneries que d’habitude. Il n’était pas exceptionnel de voir deux personnes se chevaucher au détour d’une ruelle une fois la nuit tombée, et les préjugés n’avaient pas leur place ici : il y avait presque autant de « couples » hétéros que homos. Cela ne dérangeait pas le jeune homme, qui n’avait rien contre les bi ou les homos, même s’il se considérait comme totalement hétéro : il n’avait eu aucune relation avec un homme, même bourré. Il en avait juste embrassé un lorsqu’il était déglingué, mais c’en était resté là, sans aller plus loin ! Il ne trouvait pas les mecs spécialement attirants, mais les filles… C’est une autre histoire ! Parmi toutes ses ex, pas une n’était moche ou mal-foutue ! Il avait du goût, et aussi du choix : même si ce n’était pas un étalon, Takeshi restait beau garçon et son attitude facilitait les choses avec la gente féminine qui tombe aisément sous le charme de son sourire.

- J’y vais rarement accompagné, enfin pas de le sens que ça sous entend, parce que sinon j’arrive toujours en même temps qu’Hisoka : on fait la route ensemble.

La voix de son ainé brisa le silence. Le plus jeune s’attendait à cette réponse : il savait plus ou moins que le bras droit Mizu entretenait de bons rapports avec son leader et qu’ils étaient vraiment amis depuis longue date ! Lorsqu’il le voyait envoyer des SMS, il se doutait - en silence – qu’il était bien son destinataire, sans toutefois demander confirmation, déjà parce qu’il savait qu’il n’aurait pas de réponse, puis ça ne le regardait absolument pas, chacun à le droit d’avoir une vie privé !

- D’accord ! Ca fait combien de temps que tu traines avec Kawaru-kun pour que tu t’entendes « aussi bien » avec lui ?

La curiosité incessante de Takeshi avait encore pris le dessus et il ne pouvait s’empêcher de poser des questions ! Il n’avait aucune arrière-pensée et voulait simplement faire la conversation. Il n’avait pas eu beaucoup d’occasions de parler avec son leader, mais du peu qu’il lui avait parlé, il l’avait trouvé assez sympa, bien qu’un peu distant.

- Y parait ouais… t’as du vaguement en entendre parler vu comment ça jase au bahut…

Le plus jeune avait effectivement eut vent de certaines rumeurs à ce sujet, selon lesquelles le bras droit Mizuiro serait très proche d’une certaine Aki, une jeune fille délurée. L’autre rumeur, moins classiques, impliquerait le second des Mizu’ avec un Kuroi, ce qui serait doublement étonnant du fait de l’homosexualité de la relation ainsi que de son caractère inter-clans. Toutefois, Takeshi n’avait pas prêté attention à ces bruits de couloirs : il savait qu’une information circulant dans un lycée comme Shizuka avait vite fait d’être déformée par les uns, mal interprétée par d’autres, et par conséquent s’avérer totalement erronée.

- Ouai j’ai entendu quelques trucs, mais j’y prête pas vraiment attention… Les rumeurs, c’est vraiment pas fiable et je préfère avoir directement l’avis des intéressés !

A peine avait-t-il terminé sa phrase qu’Akasen enchaina :

- Si tu veux vendre l’info te gêne pas, mais j’veux 50% du pognon.

Takeshi avait l’impression que son ainé le mettait à l’épreuve, comme pour le tester. Il allait répliquer lorsqu’il aperçut un sourire narquois se dessiner sur son visage. Il comprit alors que répondre n’était pas nécessaire et que ses actes importeraient plus que ses mots. De toute façon, bien que vraiment curieux, il n’était pas un colporteur de rumeurs et n’en était pas non plus à l’origine : ce qu’il savait, il le gardait pour lui, surtout à ce niveau ! Si le bras droit des Mizu’ lui faisait assez confiance pour lui dire cela, il ne le trahirait sûrement pas en racontant des histoires à droite à gauche ! A moins que l’autre voulait justement qu’il le dise, en tirant un certain avantage, mais il n’arrivait pas à deviner lequel. Quoi qu’il en soit et quelles que soient les raisons qui ont poussé son coloc’ à lui parler de ça, il se promit intérieurement de n’en parler à personne.

- Et si je dis rien, tu m’offres une autre bière la semaine prochaine ?

Un sourire commença à se dessiner sur son visage, dire ça à un de ses supérieurs dans le clan, et surtout à Hibari, était audacieux et potentiellement risqué. Mais Takeshi était joueur et… « Qui ne tente rien n’a rien », alors pourquoi ne pas essayer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Mar 26 Juil - 20:08

    La discussion s’enchainait sans trop d’à-coup, comme si s’était presque naturel. Takeshi posait beaucoup de question, mais ça restait encore dans le supportable, et puis quand l’âne avait sa carotte, ou plutôt quand Hibari avait sa bière, on pouvait facilement engager la discussion, c’était de suite bien plus facile. Lui, un alcoolique ? et puis quoi encore, il sait juste apprécier les bonnes choses !

    - D’accord ! Ca fait combien de temps que tu traines avec Kawaru-kun pour que tu t’entendes « aussi bien » avec lui ?

    Tu parles d’une fouine ! Hibari retint un rire discret… Depuis combien de temps trainaient-ils ensemble ? Attends… il avait quel âge déjà ? Dix huit ans ? et bien… Il connaissait Hisoka depuis qu’il avait six ans… Le temps de faire ce rapide calcule savant, et bien cela faisait douze ans qu’il côtoyait Kawaru… Putain, en y repensant, ça faisait un bon bout de temps ! Nostalgie, quand tu nous tiens… Oui, le retour du Papy… Mais laissez le bordel, il fait ce qu’il veut !

    - Bah disons qu’on est voisin depuis qu’on est gosse… ça fait douze ans qu’on se connait et pour autant que je sache, on était toujours fourré ensemble en étant gosse.

    Hibari, mon petit Hibari, ça n’a pas vraiment changé… avec qui tu passes tes week end, hein ? Bon, accordons le, récemment, cette tête blonde en furie avait emprunté pas mal du temps libre du jeune homme, mais à chaque fois par pure coïncidence... Et c’est la stricte vérité ! Mais sincèrement, ce petit Yoshida devrait songer à faire carrière dans l’interrogatoire… parce que poser des questions, ça, il savait faire ! Quoi que, ce n’était pas une bonne idée : Hibari avait depuis récemment, et ce pour une raison inexplicable, une sainte horreur des policiers, keufs, flics, tout ce que vous voulez qui est censé maintenir l’ordre publique, en somme.

    - Ouai j’ai entendu quelques trucs, mais j’y prête pas vraiment attention… Les rumeurs, c’est vraiment pas fiable et je préfère avoir directement l’avis des intéressés !

    Humm’ bah pour le coup, une partie de la seconde rumeur était fondée… Un sourire étrange s’inscrit sur le visage du plus âgé, lui donnant pour le coup un air peu fréquentable… Akasen Hibari pouvait faire peur… et autrement qu’en ne montrant aucune émotion… Justement, en fait, quand il devenait expressif, c’était quelque chose ! Notre oiseau de malheur semblait bien curieux de savoir sur quelle rumeur il penchait plus pour le coup ! Et puis lui dire de suite, ça n’aurait pas été drôle… Que le mystère qui l’entoure ne s’évanouisse pas trop vite !!

    - Et si je te dis que pourtant, l’une des deux rumeurs apporte une part de vérité ? tu penches pour laquelle ?

    Ses yeux brillaient d’un étrange éclat… Ce n’était pas un test, ce n’était pas de la menace… Mais à son tour, Hibari était curieux, curieux de voir ce que pouvait s’imaginer son colocataire et surtout, s’il restait dans l’optique qu’Hibari était un gars bien rangé qui ne sortait pas de l’ordinaire, que ça soit au niveau du comportement ou « sexuellement » parlant. Bon, c’est vrai que pour le coup ce putain de destin n’aidait pas… Reita était quand même sacrément étrange comme gars… Enfin non pas si étrange que ça en fait, simplement impulsif, très impulsif, gueulard sur les bords, mais prévisible quand même… et surtout pourvu d’une répartie à faire pleurer un bébé… Hibari poussa un soupir tout en gardant ce petit sourire greffé au visage, tout en fermant les yeux.

    - Et si je dis rien, tu m’offres une autre bière la semaine prochaine ?

    Hibari se redressa afin de s’assoir et lança, une fois de plus n’est pas coutume, un regard amusé à son camarade de chambrée. Ce genre de discussion, bière à la main et sous un décor paisible et beau lui plaisait visiblement tout autant qu’a notre ours qui n’était pas si aigri apparemment. Le jeune homme haussa les épaules, paumes de main vers le ciel :

    - On verra si je suis d’humeur, mais à la rigueur pourquoi pas.

    C’est un petit pas pour l’homme… Un grand pas pour l’humanité [SBAF] ! Non, sans déconner, c’est qu’il se soigne de sa misanthropie chronique notre petit pépère ! On dirait en tout cas ! Mais que Takeshi ne croit pas que cela soit acquis pour autant, n'oublions pas que ce soir, Hibari était de bonne humeur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Jeu 28 Juil - 16:11

Il commençait à se faire tard et Takeshi était un peu fatigué par sa journée, et son entrainement du soir avait été plus physique qu’à l’habitude. Il se mit alors à contempler le ciel, les yeux à moitié ouverts, sans penser à rien. Il avait terminé sa bière qu’il avait vraiment savourée et se demandait tout de même d’où Hibari les sortait… Il n’avait rien dans les mains en sortant de la chambre alors qu’il en avait une fois sur le toit ! D’ailleurs, Akasen semblait apprécier tout autant ce breuvage ambre, et il semblait plus enclin à parler une fois qu’il l’avait dégusté.

- Bah disons qu’on est voisin depuis qu’on est gosse… ça fait douze ans qu’on se connait et pour autant que je sache, on était toujours fourré ensemble en étant gosse.

Le plus jeune ne put retenir une mimique de surprise : douze ans ?! Ca faisait vraiment une paye ! Lui ne fréquentait pas d’amis qu’il connaissait depuis aussi longtemps. Dans son ancien lycée, il y avait bien une fille qu’il avait rencontré tout gosse et qu’il avait retrouvé là bas, quelques années après l’avoir perdue de vue, mais c’était tout. Ses amis de Shizuka étaient presque tous de nouveaux amis et il n’avait gardé quasi aucun contact avec ceux d’avant son départ, deux années plus tôt. Ca explique sûrement pourquoi il n’est pas véritablement proche de quelqu’un en particulier : l’amitié se construit avec le temps et les relations développées en quelques mois ne sont pas comparable à celles que l’on a avec des personnes que l’on fréquente depuis une dizaine d’années.

- Et si je te dis que pourtant, l’une des deux rumeurs apporte une part de vérité ? tu penches pour laquelle ?

L’ainé avait dit ça naturellement, son regard semblait briller. C’était… Etrange. Le cadet ne sut pas vraiment comment réagir ; il faut dire qu’entendre cela d’un ton aussi naturel, venant son colocataire, n’était vraiment pas habituel. Quoi qu’il en soit, le jeune Mizuiro semblait déconcerté par cette « révélation » et interloqué par la question lui étant destiné. Il ne savait pas que son camarade était curieux, et encore moins qu’il s’intéressait à son opinion… Enfin, il ne pensait pas qu’il portait un intérêt réel à la réponse de Takeshi en particulier, mais peut-être voulait-il simplement savoir ce que pensent les gens en général. Détestant l’hypocrisie, le cadet prit alors son courage à demain pour répondre :

- Eh bien… Selon la rumeur la plus importante, tu serais avec cette file, Aki. Personnellement, je ne crois pas ça… Selon moi, son attitude finirait par te déranger et tu te lasserais vite d’elle… Enfin c’est moi qui dis ça mais je ne te vois pas du tout avec elle, même si je suis sûr qu’elle a pleins de qualités ! A partir de là, tu me dis qu’une des deux rumeurs est vraie, j’envisage donc plus l’autre hypothèse même si elle est bien moins conventionnelle. Quoi qu’il en soit, je suis étonné qu’une des deux soit vraie, mais quitte à choisir, je te verrai plus avec ce Kuroï ! Le prends pas mal surtout, mais c’est ce que je pense !

Fidèle à lui-même, le plus jeune avait bel et bien été honnête. Ca n’avait pas été facile d’avouer le fond de sa pensée au bras droit Mizu’ mais puisqu’il le demandait, autant être sincère. Il déteste ne pas dire ce qu’il pense, alors dire ce qu’il ne pense pas relève pour lui de l’absurde et du quasi-irréalisable !
Il se demandait quelle serait la réaction de l’autre à sa réponse ainsi qu’à sa franchise : serait-t-il offensé ? Bien que n’ayant rien contre les gays, le jeune homme pensait qu’un hétéro pourrait se vexer s’il était confondu avec un homo. Il apprécierai que son ainé lui réponde, afin de savoir quelle rumeur s’avère vraie, mais il ne rêvait pas : il ne le voyait vraiment pas parler de sa vie sexuelle quelle qu’elle soit. Ses yeux luisaient, on pouvait facilement y lire la forte curiosité mais il se força à ne pas demander confirmation : la vie sexuelle de chacun ne regarde que lui-même –ainsi que ses partenaires.

Sortant de ses pensées, il entendit la voix calme de son coloc’ :

- On verra si je suis d’humeur, mais à la rigueur pourquoi pas.

Ca, c’était cool ! Il se demandait vraiment s’il avait eu raison de lui parler d’une éventuelle autre bière, s’il n’exagérait pas, mais la réponse était relativement encourageante, le culot peut parfois payer ! Il se promit d’essayer de ne pas énerver son ainé, surtout qu’il s’était montré sympa avec lui ce soir, il le laisserait donc tranquille s’il semblait ne pas être enclin à parler –ce qu’il faisait souvent, sauf quelquefois… Ainsi, la porte de prison pouvait s’entrouvrir, et une ouverture, si petite soit-elle, suffisait au plus jeune. S’il avait réussit à le mettre de bonne humeur ce soir, pourquoi ne réussirait-il pas à l’avenir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Dim 11 Sep - 17:15


« I can't live in here for an other day
Darkness has kept the light concealed
Grim as ever »


Son camarade de chambre semblait fatiguer, doucement. Chacun avait désormais vidé la bouteille du liquide ambré. Hibari avait encore le léger gout amer sur la langue et les lèvres. Il observa un moment son colocataire puis leva les yeux vers le ciel, la lune et les étoiles se reflétaient dans ses deux perles grises animées d’une lueur sereine, calme. Une force tranquille, qu’il ne valait mieux pas réveiller, voilà comment on pouvait voir Hibari, en le voyant tantôt ainsi, tantôt sur les nerfs. Faut dire qu’un gabarie pareil impose le respect… On ne croise pas un morceau pareil tous les jours, sauf quand on habite dans le quartier est, ou qu’on va au lycée de Shizuka, mais c’est un détail.

Hibari sentit que son camarade était surpris. Cela le fit poser le regard sur lui. Quoi, il ne connaissait personne depuis qu’il était gosse lui ? Visiblement non… Ou tout au moins, il n’avait pas gardé de liens avec ceux là. Hibari faisait partit de ces gens peu sociable, mais, une fois que l’on a acquis sa confiance, puis après, son amitié, on peut s’assurer de pouvoir compter sur lui un moment, à moins d’une « trahison » ou d’une dispute sévère. Hibari reprit sa contemplation du ciel, en attendant la réponse de son colocataire qui se questionnait sur la curiosité de notre joyeux luron. Est-ce qu’il s’intéressait à son opinion en particulier ? Pas vraiment, mais ça faisait la conversation tout en lui donnant une idée des racontars concernant sa petite personne à Shizuka. Il ne testait pas non plus Takeshi, ni le jugerait. Après tout, qui pourrait imaginer que l’une de ces deux rumeurs soit plausible ? Lui, le congélateur personnifié ? Le plus jeune prit son courage à deux mains pour répondre à la question déroutante du plus vieux :

- Eh bien… Selon la rumeur la plus importante, tu serais avec cette file, Aki. Personnellement, je ne crois pas ça… Selon moi, son attitude finirait par te déranger et tu te lasserais vite d’elle… Enfin c’est moi qui dis ça mais je ne te vois pas du tout avec elle, même si je suis sûr qu’elle a pleins de qualités ! A partir de là, tu me dis qu’une des deux rumeurs est vraie, j’envisage donc plus l’autre hypothèse même si elle est bien moins conventionnelle. Quoi qu’il en soit, je suis étonné qu’une des deux soit vraie, mais quitte à choisir, je te verrai plus avec ce Kuroï ! Le prends pas mal surtout, mais c’est ce que je pense !

Hibari étira un sourire amusé, très clairement. Il retint même un léger rire au fond de sa gorge. Takeshi s’expliquait tout en s’excusant presque à chaque argument de peur de vexer notre oiseau. Il prit le temps de prendre un air un peu plus sérieux, bien qu’encore légèrement taquin, ce qui donnait un mélange un peu inquiétant, autant dire ce qui est ; avant de répondre à son camarade :

- Donc, le comportement de ce fou furieux capricieux de gosse de riche de Kurôkami me conviendrait, selon toi, mieux que celui totalement naïf, immature et familier d’Aki. Sans parler de l’aspect, je te cite, « moins conventionnelle » d’une relation entre mecs. T’es pas banal comme gars toi ! Tu m’plais d’plus en plus.

Le but de cette question n’était pourtant, à la base, pas prévu pour tester ou juger Takeshi, mais la réponse apportée l’avait amusé, ce gars là serait supportable sans trop de problème s’il restait dans les bons rails. Mais ça, s’était à Hibari de s’en charger, tout du moins au début, puisqu’il s’était proposé de garder un œil sur le nouveau. Nouveau qui semblait d’ailleurs curieux de savoir quelle rumeur pouvait être vraie…

L’autre semblait réjouit à l’idée de partager une autre bière sur le toit, un de ces soirs. Ces deux là allaient bien s’entendre. Comment le prédire ? Si Takeshi était capable d’apprécier des choses aussi simples qu’une bière à siroté sous les étoiles, alors il aura l’estime d’Hibari. Oui, ce dernier n’aime pas particulièrement les gens superficiels, et encore moins ceux qui font dans le chichi et qui ne savent pas apprécier les petites choses qui font que. Mais ça, ce n’est que mes propres réflexions, Hibari serait bien incapable de vous confier ça, même s’il en avait conscience, et même ça j’en doute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi, Mizuiro

avatar

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari] Mer 26 Oct - 16:20

Le jeune Mizuiro fut quelque peu déstabilisé par la question de son ainé et la réaction de ce dernier à sa réponse l'intéressait. C'est pourquoi il se surprit à observer son camarade : faire attention au moindre rictus, clignement d'œil ou quelconque mouvement. Dévisager les gens n'était pas dans les habitudes de Takeshi, et il ne se rendit pas immédiatement compte que c'est ce qu'il faisait, d'une façon fort peu discrète. Il vit un sourire se dessiner sur le visage de son colocataire qui semblait amusé de la situation. Chose positive, il n’avait pas l’air offensé par ses dires. Le plus jeune remarqua autre chose, de bien plus subtil : la pomme d’Adam du plus vieux se contractait, il se retenait de rire. Il sentait Akasen décontracté. A peine s’était-il dit ça que l’autre reprit son sérieux, mais ce n’était pas son expression habituelle : une sorte d’étincelle brillait dans ses yeux. Mélange troublant de sérieux et d’amusement.

- Donc, le comportement de ce fou furieux capricieux de gosse de riche de Kurôkami me conviendrait, selon toi, mieux que celui totalement naïf, immature et familier d’Aki. Sans parler de l’aspect, je te cite, « moins conventionnelle » d’une relation entre mecs. T’es pas banal comme gars toi ! Tu m’plais d’plus en plus.

Dans la tête du plus jeune, cette réponse sonna comme un test. Son ainé attendait-il de lui une réponse particulière ? Peu importe, il restera lui-même, d’autant plus que ces paroles ne contredisaient en aucun cas son opinion. Bien qu’il eût aimé en savoir plus, il se retint de demander les détails. De toute façon, Akasen l’aurait probablement envoyé chier. Néanmoins, le plus vieux semblait reconnaitre une once de sympathie pour le nouveau, chose peu banale lorsqu’on connait sa réputation d’ours solitaire.

- C’est ce que je crois, oui. Il commence à être tard et je suis crevé, je vais pas tarder à rentrer. Merci pour la bière et pour la petite soirée, c’était sympa ! J’espère qu’on aura l’occasion de recommencer !

Il avait dit ça d’un ton enjoué et sincère : il avait véritablement apprécié cette soirée au calme, une bière à la main, avec son camarade. De plus, ce que l’autre avait dit lui faisait vraiment plaisir. Il ne lui avait pas répondu à ce sujet puisque ce « compliment » n’appelle aucune réponse, et le plus jeune ne savait pas très bien comment réagir dans ces situations. Le fait que son interlocuteur soit Akasen, et le bras droit Mizu de surcroît (même s’il le considère actuellement comme une personne à part entière et non comme un pilier du clan) ne l’aidait en rien.

- Tu rentres dans longtemps ?

Derrière cette question ne se cachait aucune curiosité mal placée, le jeune homme souhaitait simplement savoir s’il attendait son ainé pour partir ou non. Cette soirée lui avait permis de voir un Akasen détendu et sympathique (aussi étonnant que cela paraisse), il en gardera un bon souvenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé,

MessageSujet: Re: Une discussion... Pas si banale ? [Hibari]

Revenir en haut Aller en bas

Une discussion... Pas si banale ? [Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autre :: Le Toit-
Sauter vers:

Nos logos   Demandes