Vous êtes en retard, Invité, une heure de colle !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

"C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hisoka, Admin Leader MizuiroAdmin Leader Mizuiro

avatar

Humeur : Intrigué

MessageSujet: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Mer 28 Juil - 22:28

    Non, parce que là ça ne pouvait pas être des coïncidences. Ça ne pouvait pas ! Hisoka craquait - enfin comme d'habitude, ça ne se voyait pas - totalement. La soirée, qui avait eu lieu il y a maintenant deux bonnes semaines, lui bouffait la vie. Il avait passé tout son temps à y réfléchir, à se repasser les évènements. Pour ce qui était d'avoir couché avec Ikuto, il avait réussi à admettre ce fait. Ça faisait d'ailleurs un moment qu'il avait admis être attiré par le Kuroi, et ça ne lui pourrissait pas plus la vie que ça. Non, ce qui le perturbait encore au point de l'empêcher de dormir, c'était ce qu'il s'était passé le lendemain - il faut dire que sa cuisse s'en souvenait encore, elle aussi. Il avait émis tout un tas d'hypothèses possibles sur le comportement d'Ikuto, mais ça lui échappait encore. Et si il y avait bien quelque chose que le leader détestait, c'était de ne pas réussir à comprendre les faits et gestes des autres. Mais encore, si il n'y avait eu que ça, il ne serait pas à fleur de peau.

    Non parce qu'après cette fameuse soirée, les deux leaders n'avaient plus eu aucun contact. Ce qui paraissait logique, vu comment ils s'étaient séparés le samedi matin. Soit, ils se débrouillaient pour faire fonctionner les clans, ce n'était pas un réel problème et ils auraient pu continuer ainsi longtemps. Sauf qu'il avait fallu qu'une série de coïncidences à la con viennent envenimer la situation.
    Tout d'abord, ça faisait un moment que la première 2-A entendait parler d'un transfert d'élève. Un gars d'une autre classe, dont l'identité était inconnue - sinon c'était pas drôle, forcément - qui allait débarquer dans la leur. Et il y a deux jours, ce fameux transfert avait été effectué. Quelle ne fut pas la joie d'Hisoka quand il constata que l'élève en question n'était autre que... Tsukiyomi Ikuto. Pour quelle raison obscure ce mec s'était-il retrouvé dans sa classe, franchement ? Pour deux personnes qui cherchaient à s'éviter, ça mettait à mal leurs projets, de se retrouver dans la même classe. Bon, c'était pas comme si Ikuto était connu pour assister aux cours, mais quand même, ça emmerdait Hisoka d'avoir à le côtoyer. Ou plutôt non, ça lui faisait presque plaisir de revoir le Kuroi, même si ça le dérangeait fortement de l'avouer. Rien n'avait changé dans l'attrait qu'exerçait Tsukiyomi sur lui, il fallait le dire. Mais dès qu'il se retrouvait un peu trop près d'Ikuto, sa cuisse douloureuse lui rappelait des évènements qu'il aurait préféré oublier.

    Déjà à ce moment là Hisoka n'avait pas vraiment apprécié la tournure que prenaient les évènements. Mais le pire venait d'arriver. Le délégué de sa classe venait de lui demander... d'apporter les devoirs à Tsukiyomi. Hisoka avait d'abord pensé à l'envoyer sur les roses, mais il n'avait pas envie d'avoir des emmerdes avec Domôto, et puis ce pauvre délégué était un civil, il n'allait tout de même pas s'en prendre à lui. Mais quelle idée incongrue de l'envoyer, lui ? Il n'était pourtant pas connu pour être pote avec Ikuto, merde ! Le fait que ce dernier sèche les cours, ce qui était d'abord apparu comme un avantage à Hisoka, se retournait complètement contre lui désormais. Apporter les cours à Ikuto... C'était presque comique. En tout cas, il avait la nette impression que le destin s'acharnait contre eux.

    Là, il se retrouvait donc devant la porte de la chambre qu'Ikuto partageait avec Shin, les fameux cours sous le bras, à pester intérieurement contre ce qu'il qualifiait de complot. Il n'allait pas rester planté là toute la soirée, alors il toqua à la porte et rentra sans attendre de réponse. Si Tsukiyomi avait entendu sa voix, plutôt que d'ouvrir la porte il se serait certainement barricadé à l'intérieur, alors c'était plus simple de ne pas lui demander son avis. Il constata que le Kuroi était en train de comater sur son lit, pour changer. Ou alors il faisait semblant, mais le résultat était le même. Hisoka eut un drôle de sentiment en le voyant allongé ainsi. Forcément, il fallait que cette soirée le hante... Il resta figé à l'entrée de la chambre, silencieux, attendant un mouvement de la part du Kuroi. Et se préparant à se barrer si celui-ci faisait mine de sortir ses griffes.

__ "..." _____________________________________



« JUST STAY WHERE YOU ARE, LET YOUR FEAR SUBSIDE
JUST STAY WHERE YOU ARE IF THERE'S NOTHING TO HIDE »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikuto, Admin - KuroiAdmin - Kuroi

avatar

Humeur : Blasée

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Mer 28 Juil - 23:27

    C'était quoi, cette merde ? Pourquoi Kawaru était-il dans sa chambre ? S'il faisait mine d'être dans le coma pour avoir une excuse et ainsi sêcher les cours depuis deux jours, c'était précisément pour l'éviter.

    En revenant dans la 2-C, il avait eut quelques emmerdes avec un Shiori. Il lui était tombé dessus et évidement, Ikuto n'avait pas fait le poids. Et impossible d'utilier son pouvoir devant toute une classe, il s'était donc laissé frappé. Depuis, il devait changer de classe, sur ordre du vice-dirrecteur. Il allait en 2-A. Tant mieux, comme la classe était plus proche des escaliers, ça lui faisait faire moins de chemin... Pendant pas mal de temps, il été dans le coma, donc il n'avait pas assisté aux cours dans sa nouvelle classe. Mais comme il fallait bien y aller de temps en temps, il s'était décidé, deux jours plus tôt, à être de nouveau en pleine santé. Il était arrivé pendant le cours d'économie. Le prof l'avait fait entré, et lui avait demandé de se présenter un peu à la classe. L'air franchement emmerdé, un rien blasé, mais surtout avec très peu de conviction, il s'était tourné vers la classe et...

    Bordel de merde ! Hisoka ?! Mais putain, qu'est-ce qu'il foutait là ? C'était sa classe ? Mais il cumulait, c'était pas possible ! Le leader était figé sur sa chaise... Ouais, normal, quand on rependait à sa jambe. Sans terminer ce petit jeu qui de toutes façons le faisait chier, Ikuto fila droit vers une place libre, au fond, à côté de la fenêtre. Il n'écouta rien pendant toute l'heure. Le prof, qui devait avoir eut vent de son état de santé, lui avait foutu une paix royale. Et les jours suivants, et bien... coma. Ikuto en profitait pour faire le point dans son esprit. Il devait se faire passer au second plan et penser à Shin. Les recherches n'avançaient pas beaucoup et les corps mutilés s'empilaient. La collaboration des Mizuiro's était apréciable mais très peu utile. Il étaient gentils, les Mizuiro's, mais quelle bande de boulets... Ils ramenaient des infos que les Kuroi's avaient déjà obtenu de manières moins pacifiques.

    Bref, tout ça pour dire que depuis deux jours, Ikuto fuyait Hisoka comme la peste. Les seuls moments il reprenait chaire étaient ceux où il assouvissait des beusoins essntiels tels que manger ou boire. Le reste du temps, il n'était qu'un esprit et il réfléchissait comme cinq ordi en série. Bon, il fallait aussi avouer qu'il jouait avec son nouveau portable. Comme l'ancien, noir et à clapet, il présentait néanmoins l'avantage de pouvoir faire pivoter l'écran et devenir tactil. Bref, Ikuto s'éclatait. D'ailleurs, c'était ce qu'il était entrain de faire quand un emmerdeur vint frapper à la porte de sa chambre. Comme il n'attendit pas de réponse pour entrer, Ikuto abandonna son corps en catastrophe. Il en profita pour se détailler. Putain, il avait pas l'air malin, inconscient, tenant son portable - allumé - dans une main, portant pour seul vêtement un immence T-shirt gris chiné avec un chibi de chat bleu au niveau du ventre ( vestige de l'époque où il avait vécu chez les Kurôkami, d'ailleurs Reita avait la même ) qui ne lui décendait pas plus bas que les genous, dans une position presque aguicheuse...

    Impossible de penser qu'il simulait en le regardant de plus pret : il avait une réspiration d'une lenteur presque hibernale, aucun de ses muscles n'était pas totalement détendu. Il était indéniablement dans le coma...

    A ce moment là, il vit qui venait d'entrer. C'était quoi, cette merde ? Pourquoi Kawaru était-il dans sa chambre ? S'il faisait mine d'être d'avoir des problèmes de santé pour avoir une excuse et ainsi sêcher les cours depuis deux jours, c'était précisément pour l'éviter. Il observa une minute le visage du Mizuiro. Impassible, mais certains minuscules détails ( souvenez-vous des cartes... ) indiquaient une certaine tension. Allons bon. Il lui faisait cet effet ? Hum, normal, en y repensant... Bon, de toute façon, gueuler le faisait chier, et il devait éviter d'attirer l'attention sur cette pièce. Il regagna son corps, et la respiration de celui-ci changea immédiatement. Il ouvrit ses beaux yeux amétyste, parfaitement éveillé, et s'assit sur son lit - qui était enfait celui de Shin, qu'il squattait depuis la disparition de celui ci. C'était une façon de se rassurer : quand le leader Kuroi reviendrait dans cette chambre, il gueulerait comme quoi son lit était en bordel. Parce qu'il reviendrait.

    Donc. Ikuto se tourna vers Hisoka, l'air emmerdé, comme s'il ne savait pas quoi faire de lui. Finalement, on aurait put croire que leur relation n'avait pas bougé en regardant le Kuroi. Il agissait exactement comme si rien ne s'était passé. Mais il n'ocultait pas les faits pour autant. Juste qu'il avait céssé de penser à lui-même pour se concentrer sur la recherche de Shin.


    - Qu'est-ce que tu fais là ?

__ "..." _____________________________________


« C'est quoi, ce tas de viande, là bas ? »
« Le dernier dissident, pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shizuka.exprimetoi.net
Hisoka, Admin Leader MizuiroAdmin Leader Mizuiro

avatar

Humeur : Intrigué

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Jeu 29 Juil - 19:50

    Ikuto ouvrit les yeux sans problèmes, ce qui fit penser à Hisoka qu'il était effectivement en train de simuler son coma. Il s'assit sur le lit, et le leader remarqua alors que le Kuroi portait un T-shirt gris (dans lequel il flottait totalement), avec un chibi chat bleu en guise de décoration. Craquant.

    Bon, Ikuto n'avait pas l'air agressif pour le moment, il s'était tourné vers lui en le contemplant avec le même air emmerdé que lors de leurs premières conversations. C'était plutôt bon signe, il semblait faire comme si rien de s'était pas passé. Tant mieux. Hisoka referma donc la porte de la chambre derrière lui, ne ressentant plus le besoin de fuir.

    — Qu'est-ce que tu fais là ?

    Au moins, il n'aurait pas de problème à répondre à cette question, pas besoin de se creuser la tête puisque tout était de la faute de ce crétin de délégué. Le "sinistre merde" d'Hibari était parfaitement adapté pour qualifier ce mec. Hisoka tenta donc d'expliquer la situation avec calme et clarté. Ce qui était tout à fait dans ses capacités, quand il n'avait pas en face de lui un mec qui lui plaisait, dans une position et une tenue qui le faisait craquer. Parce qu'évidemment, il avait fallu qu'Ikuto s'assoit plus ou moins ainsi.
    Spoiler:
     
    Alors peut-être qu'il ne le faisait pas exprès, mais qu'il ne vienne pas se plaindre de se faire violer après. Bon, Hisoka devait immédiatement oublier cette idée, et surtout, se c-o-n-c-e-n-t-r-e-r. Qu'il n'aille pas encore faire une gaffe avec des paroles irréfléchies. Alors... Une phrase simple, sujet, verbe, complément. Voilà, c'était pas si compliqué que ça finalement.

    — Tadase a tenu à ce que je t'apporte les cours.

    "Me demande pas pourquoi, j'ai pas compris non plus", ajouta-t-il mentalement. Mais n'oublions pas que les bavardages n'étaient pas le point fort du Mizuiro. Il se contenta donc de poser les cours sur le lit, à côté d'Ikuto. Il avait préféré ne pas les lui donner directement, craignant qu'un quelconque contact avec lui ne réveille la rage du Kuroi. C'est qu'il n'avait pas envie de se retrouver à nouveau avec des ongles plantés dans la cuisse, non mais.
    Bref, il avait accompli sa mission, il pouvait partir maintenant. Sauf qu'il avait une occasion rêvée de reparler avec Ikuto, et que ça aurait été dommage de partir sans un mot. D'un autre côté, il ne voyait pas quoi dire pour améliorer un tant soit peu la situation entre eux, ce qui fit qu'il resta planté dans la chambre, silencieux. Il se donna comme excuse mentale qu'il attendait une réponse d'Ikuto, et qu'il n'allait pas fuir comme un voleur immédiatement après lui avoir refilé les cours des deux jours qu'il venait de sécher. L'auto-persuasion, c'est bien parfois.

__ "..." _____________________________________



« JUST STAY WHERE YOU ARE, LET YOUR FEAR SUBSIDE
JUST STAY WHERE YOU ARE IF THERE'S NOTHING TO HIDE »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikuto, Admin - KuroiAdmin - Kuroi

avatar

Humeur : Blasée

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Jeu 29 Juil - 21:03

    - Tadase a tenu à ce que je t'apporte les cours


    Hisoka déposa les cours à côté de lui, sur le lit. Ikuto le regarda faire avec attention, mais paradoxalement un air ennuyé. Pourquoi ne pas les lui donner en main propre ? Superstition ? Naaan, pas Hisoka. Ikuto jeta un oeil à la pile de cour. Comme s'il avait du temps à perdre. Il dormait, lui, la nuit... Enfin, la partie de lui qui restait éveillée ne pouvait pas tourner les pages. Avec nonchalance, il posa les coudes sur ses genous, tendant ainsi ses bras devant lui. C'était la cour de quoi ? Il avait changé de classe - et donc d'emploie du temps - depuis peu, et déjà qu'il ne connaissait pas celui de l'ancienne...

    - Il n'y avait que Butadase pour avoir une bonne idée comme celle-là...

    Ikuto avait soupiré ça plus pour lui-même que pour son hôte indésirable, mais celui-ci ne semblait pas décider à foutre le camp. Il poirautait entre lui et la porte, face à lui, l'air d'attendre quelque chose. Ikuto le toisa de son regard perçant pendant une bonne minute, instalant comme il savait si bien le faire un silence morbide. Hisoka avait l'air mal à l'aise, voir ça l'amusait. Il n'aurait jamais pensé avoir tant de pouvoir sur le leader d'un Clan qu'il avait fait génocider. Calme, blasé, il pencha la tête sur le côté et soupira.

    - Autre chose ?

    Il avait l'air de vouloir parler, mais puisqu'il ne le faisait pas, ce n'était pas d'une importance capitale. En temps habituel, Ikuto aurait peut-être lancé la conversation sur une futilité inutile, tel que le fait de lire ou non le règlement ( lui-même ne l'avait jamais lu au delà des 15 premières lignes ). Histoire de voir où pouvait aller une discution banale avec le grand Kawaru Hisoka. Mais là, nan. Pas envie. Il voulait juste éviter de le voir, le croiser, lui parler, ou entendre parler de lui. Lentement, il se leva, faisant danser son T-shirt trop ample de sa démarche souple et légère. Il s'arréta face à l'armoire centrale et fouilla à l'interieur. Y cherchait-il des vêtements ? Non. Il tira d'entre deux jeans à lui ( un couleur denim et l'autre gris... et oui ) une pile de feuille. Des cours ? Mais vous avez fumez ou quoi ? Il parcourut rapidement la liasse et en tira d'une manière semblant aléatoire quelques papiers noir d'encre.

    Se raprochant d'Hisoka sans un regard pour lui - il relisait les écrits - il se planta devant lui et lui tendit quatre feuilles. Il s'agissait de manuscrits d'Ikuto lui-même, des résumés de contes rendus. Son écriture était fluide, ronde et douce, un peu en pagaille. Presque une écriture de fille. Comme le Mizuiro ne semblait pas décider à ouvrir la bouche, Ikuto lui plaça les feuilles dans les mains, puis retourna chercher son portable, et toujours sans même le regarder, lâcha :


    - C'est bien gentil de faire une alliance provisoire, mais pour l'instant les Kuroi's me raportent surtout que les Mizuiro's les font plus couler qu'autre chose. Qu'ils essayent au moins de ne pas les gêner... Il y a bien un domaine de compétence dans lequel vous exeller, non ?

    Question de pure réthorique : non. Cependant, c'était hisoire de marquer le coup. Dans l'absolu, l'Est ne gênait pas, mais avec cette froideur, Ikuto faisait comprendre à son homologue qu'il n'était pas le bienvenu ici, dans sa chambre, sur son territoire. Et si malgré ça Hisoka lui tenait tête et décidait de rester... Et bien peut-être - peut-être, c'est dit - lui accorderait-il un peu d'attention.

__ "..." _____________________________________


« C'est quoi, ce tas de viande, là bas ? »
« Le dernier dissident, pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shizuka.exprimetoi.net
Hisoka, Admin Leader MizuiroAdmin Leader Mizuiro

avatar

Humeur : Intrigué

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Jeu 29 Juil - 21:36

    — Autre chose ?

    Malgré la question du Kuroi, Hisoka garda le silence. Que pouvait-il dire, de toute façon ? D'ailleurs Ikuto ne semblait pas attendre de réponse, puisqu'il se leva afin de se diriger vers l'armoire. Une armoire qui à première vue ne contenait que des fringues. Le Mizuiro resta planté là, ne voyant pas ce qu'allait foutre Ikuto en fouillant dans cette armoire. Ah, il venait d'en sortir un paquet de feuilles couvertes d'une écriture plutôt arrondie - celle du Kuroi ? Le nez collé dans les feuilles, il s'approcha de lui et les lui refila, toujours sans un regard pour lui. Hisoka n'eut pas le temps de voir de quoi il retournait avant qu'Ikuto ne prenne à nouveau la parole.

    — C'est bien gentil de faire une alliance provisoire, mais pour l'instant les Kuroi's me rapportent surtout que les Mizuiro's les font plus couler qu'autre chose. Qu'ils essayent au moins de ne pas les gêner... Il y a bien un domaine de compétence dans lequel vous exeller, non ?

    C'était faux. Peut-être que les Mizuiro's n'étaient pas d'une grande aide aux Kuroi's, mais en tout cas ils ne les gênaient pas puisqu'ils travaillaient séparément. Il fallait dire que les Mizuiro's étaient nettement moins efficaces quand les problèmes ne concernaient pas directement leur clan, et que du coup ils ne devaient pas faire beaucoup d'efforts. Quant à Hisoka, il remarquait bien que les Kuroi's avançaient très bien sans son aide, alors il avait un peu laissé couler l'affaire. Il suivait l'avancement des recherches, évidemment, mais il ne s'impliquait que peu. L'alliance provisoire évitait surtout que les deux clans n'entament une nouvelle guerre, chose qui pouvait très facilement arriver. Il suffisait que les Kuroi's s'en prennent aux Mizuiro's, que ces derniers ripostent - chose qu'ils feraient immédiatement - et voilà, l'engrenage s'enclenchait. Bref, cette alliance permettait d'éviter ça.

    Le Mizuiro ne prit pas la peine de répondre à la dernière question du leader provisoire, qui était plus là pour décorer qu'autre chose. Ikuto avait déjà vu les Mizuiro's à l'œuvre lorsqu'ils étaient sérieux, il savait donc de quoi ils étaient capables. Les Kuroi's étaient bien plus combattifs, c'était une évidence, mais les Mizuiro's avaient eux aussi leurs qualités. Bref, Hisoka ne souhaitait pas répondre à la provocation. Il soupçonnait Tsukiyomi de vouloir le faire décamper de sa chambre, et l'effet était plutôt réussit puisque c'est ce qu'il s'apprêtait à faire.
    Ah, mais il avait encore les feuilles dans la main. Ce n'était pas le genre de documents à agiter devant n'importe qui, Hisoka prit donc la peine de les glisser parmi ses propres cours. Enfin, c'est ce qu'il avait voulu faire, mais il venait d'échapper l'ensemble qui s'était lamentablement répandu sur le sol. Bon, et bien maintenant il fallait ramasser tout ça. Le Mizuiro jeta un regard blasé à ses cours, comme si c'était eux les responsables, et il se mis à les rassembler avec peu de conviction.

__ "..." _____________________________________



« JUST STAY WHERE YOU ARE, LET YOUR FEAR SUBSIDE
JUST STAY WHERE YOU ARE IF THERE'S NOTHING TO HIDE »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikuto, Admin - KuroiAdmin - Kuroi

avatar

Humeur : Blasée

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Jeu 29 Juil - 23:23

    Hisoka ne prit pas la peine de répondre à la provocation. Tant mieux. Déjà qu'Ikuto se trouvait petit d'utiliser un système si bas pour le virer de là... Ah, il venait de faire tomber tout ce qu'il tenait jusque là. Cette vivion arracha un sourire à Ikuto. Depuis quand le leader Mizuiro faisait-il des bourdes ? L'air blasé, il commença à rassembler ses affaires, et Ikuto le regarda, s'installant juste à côté de lui, sur le coin de son lit, s'appuyant sur un genou, qui était croisé sur l'autre. C'est alors qu'un document attira son attention. Au premier coup d'oeil, il sut que ce n'était pas un cours - ben oui, il les reconnaissait à 100 m, histoire de pouvoir les fuir. Ce n'était même pas une feuille de cahier, mais juste une page sur laquelle on avait écrit. Vif, Ikuto s'en empara d'un geste théatrale avant qu'elle ne retourne aux mains de son propriétaire d'origine. Il l'a parcourut rapidement avant de comprendre qu'il était tombé sur quelque chose de très rare, que sûrement peu de personnes avaient put ne serait-ce qu'entrevoir.

    - Je te savais pas ce goût pour la poésie, Kawaru-chan...

    Le "chan" en préfixe après son nom était évidement un genre de provocation, toute fois d'une autre nature que la première. Ikuto lut plus attentivement le fameux poême sans prétter attention à son auteur. Il ne compris pas grand chose à l'oeuvre elle-même, si ce n'était qu'elle évoquait quelque chose de douloureux, mais trouva la façon d'associer les mots très belle. Une fois arrivé à la fin, il le relut. Non, il avait beaucoup de mal à saisir le sens profond de ces phrases. Il rendit tout de même la feuille à Hisoka en le regardant, cette fois d'une nouvelle manière.

    - C'est... agréable... J'aime bien

    Ikuto détourna la tête. Nan, il rougissait pas ! Il était parfaitement conscient qu'ajouter son avis personnel au commentaire était stupide et inutile, mais... comment dire, ça lui avait échapé.

    A ce moment précis, son portable sonna. Pas celui qu'il avait dans la main, mais un autre, enfermé dans le tirroir de sa table de nuit. Ikuto se leva et traversa la pièce avec une noblesse dans la marche à faire pâlir la famille royale anglaise, puis ouvrit le dit tirroir et en extirpa un portable gris métallique. Il l'ouvrit (encore un à clapet), regarda qui l'appelait, puis le referma et le rangea, laissant sonner. Il revint à son point de départ de la même façon, la sonnerie cessa. C'est alors qu'un miaulement de chat retentit, emplissant la pièce. Cette fois, c'était le Aquos noir offert par Reita qui sonnait ( drôle de sonnerie, hein ? ). Ikuto décrocha sans même regarder.


    - Hum ? Ah, encore toi...

    Oui, toujours charmant de se faire acueillir comme ça au téléphone...

    - ... et c'est important ? ... Ah...Pas besoin, il est avec moi... Bah, tu sais bien que je l'adore...

    Ironique ?

    - ... juste qu'il m'adore aussi, je sais pas comment ça va tourner entre nous le temps que t'arrive... Moui... C'est ça, et frappe avant d'entrer

    C'est moi où ça virait étrangement ?

    - ... Pour éviter qu'il fasse une attaque en te voyant surgir de nulle part, il a l'air un peu timide

    Tout en parlant, Ikuto avait posé les yeux sur Hisoka, mais ne le voyait pas, concentrer sur sa conversation. Il gardait un air serieux, impossible de penser qu'il plaisentait

    - ... Compris... évidement que je fais attention, mais c'est pas lui qui risque d'avoir le dessus si ça tourne à quelque chose de plus violent... C'est ça... A plus

    Il racrocha, et sembla se rendre compte seulement maintenant qu'il fixait Hisoka depuis un moment. Il détourna les yeux, reportant sur le dessous de son lit, près de la fenêtre... Ca faisait un moment que Makai, le chaton qu'il hébergeait, n'avait pas bouger de là, bien caché dans l'ombre.

__ "..." _____________________________________


« C'est quoi, ce tas de viande, là bas ? »
« Le dernier dissident, pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shizuka.exprimetoi.net
Hisoka, Admin Leader MizuiroAdmin Leader Mizuiro

avatar

Humeur : Intrigué

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Ven 30 Juil - 11:11

    Hisoka avait terminé de ramasser ses affaires, en les reclassant un minimum. C'est qu'il était organisé, ce cher leader. Il se releva, et se retrouva face à Ikuto qui... qui lisait un de ses poèmes. Parce que oui, Hisoka écrivait de temps à autre des poèmes, plus pour s'occuper qu'autre chose. Ce n'était pas une passion, juste un passe-temps, mais il fallait avouer qu'il était devenu plutôt doué, à force d'en écrire. Bref, il n'avait pas pour habitude de les montrer aux autres. D'ailleurs, personne n'avait jamais lu un de ses poèmes, et même Hibari ne devait pas savoir qu'il en écrivait. Ce qu'il considérait comme normal, puisqu'il faisait de la poésie pour lui-même, pas pour recevoir des compliments des autres.

    — Je te savais pas ce goût pour la poésie, Kawaru-chan...

    Du coup, ça l'embêtait un tantinet qu'Ikuto ait découvert un de ses secrets. Bon, ses poèmes étaient loin d'être ridicules, donc ce ne serait pas un sujet de moquerie pour le Kuroi, mais quand même.

    — C'est... agréable... J'aime bien

    Là, le Mizuiro se demanda s'il avait bien entendu. Autant la première phrase ressemblait à Tsukiyomi Ikuto, avec le cynisme qui le caractérisait si bien, autant l'entendre dire que son poème était agréable, c'était hors du commun. Hisoka était surpris que celui-ci lui ait donné un avis sur ce qu'il venait de lire, un avis positif qui plus est. Et pour une fois, son visage habituellement inexpressif se teinta discrètement de rouge. Heureusement pour lui, Ikuto venait de détourner la tête. Avec un peu de chance, il ne remarquerait pas sa gêne.

    C'est alors qu'un concert de sonnerie se fit entendre. D'abord, une en provenance d'un tiroir. Tsukiyomi traversa la pièce pour aller le chercher, et ne daigna pas répondre. Suivi d'un miaulement de chat, qui se révéla être la sonnerie d'un autre portable. Hisoka se demande combien de téléphones avait le Kuroi, et surtout à quoi ça lui servait d'en avoir autant. Deux, un pour les affaires et un plus personnel, c'était normal à la limite, mais trois... Surtout qu'il devait en avoir plus que trois. Cette fois-ci, Ikuto décrocha. Hisoka n'allait pas rester planté au milieu de la pièce, alors il s'assit. Par terre, il n'avait pas envie de se faire agresser parce qu'il avait oser s'assoir sur le lit de Tsukiyomi.

    — ... et c'est important ? ... Ah...Pas besoin, il est avec moi... Bah, tu sais bien que je l'adore... juste qu'il m'adore aussi, je sais pas comment ça va tourner entre nous le temps que t'arrive... Moui... C'est ça, et frappe avant d'entrer

    Là, Hisoka s'interrogeait. C'était assez improbable qu'Ikuto parle de lui, pourtant il était bel et bien le seul dans la pièce... "Il est avec moi" ne pouvait donc faire référence qu'à lui-même. Sauf que le reste des paroles du Kuroi étaient totalement irréalistes.

    — ... Compris... évidement que je fais attention, mais c'est pas lui qui risque d'avoir le dessus si ça tourne à quelque chose de plus violent... C'est ça... A plus

    Ah, Hisoka avait perdu un morceau de conversation en réfléchissant. Tout ce qu'avait dit Ikuto pouvait s'appliquer à lui. Mais le fait qu'il l'exprime ainsi, au téléphone avec on-ne-sait-qui, c'était vraiment étrange. Malgré tout, il semblait que le Kuroi était réellement en train de parler de lui, il l'avait en effet fixé durant toute la fin de la conversation. L'air sérieux, en plus, pas avec son petit sourire ironique habituel. Hisoka aurait bien tenté un "c'était qui au téléphone ?" sauf qu'il était loin d'être assez proche d'Ikuto pour pouvoir se le permettre. Le mystère resterait donc entier. Il n'avait pas non plus envie de protester contre ce qu'il avait entendu, il n'était tout de même pas convaincu à cent pour cent que l'adolescent parlait de lui, et si ce n'était en effet pas le cas, il aurait vraiment l'air idiot. Ou narcissique, ou même les deux.
    Mais il n'avait pas ouvert la bouche depuis l'explication qu'il avait donné à propos de sa présence ici. Ce qui faisait une seule courte phrase à son actif. Il fallait qu'il fasse un effort pour décrocher quelques mots, sinon le silence pouvait vite devenir pesant. Et d'ailleurs si aucun des deux ne parlaient, il n'avait aucune raison de rester dans la chambre de Tsukiyomi. Bon, occultons la conversation téléphonique.

    — Tsukiyomi...

    Il ne savait même pas quoi dire après. Quelle idée de commencer une phrase sans même en connaître la fin ! Il aurait pu faire une réflexion sur le nombre de téléphones dont disposait le Kuroi mais non, il ne parlait jamais pour ne rien dire. Du coup, ce n'était absolument pas son genre de lancer une petite pique ironique sur des sujets de ce style.

    — ... C'est vrai, tu as bien aimé le poème ?

    Ben, oui, puisque quelqu'un avait lu une de ses créations - ce qui n'était pas censé se passer - autant qu'il lui donne un avis un peu plus complet. Et il préférait encore revenir sur la poésie, que sur les paroles du Kuroi au téléphone. Ça, il préférait l'oublier en attendant d'être sur qu'Ikuto parlait de lui, ou au contraire d'avoir la confirmation qu'il parlait de quelqu'un d'autre. Mais à ce moment, de qui ?

__ "..." _____________________________________



« JUST STAY WHERE YOU ARE, LET YOUR FEAR SUBSIDE
JUST STAY WHERE YOU ARE IF THERE'S NOTHING TO HIDE »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikuto, Admin - KuroiAdmin - Kuroi

avatar

Humeur : Blasée

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Ven 30 Juil - 13:05

    Ikuto réfléchit une seconde à sa discution téléphonique avec Utau... Les paroles qu'il avait prononcer pouvaient éventuellement préter à confusion, mais pour lui, ce n'était pas flagrant. Bah, de toutes façons, si Hisoka avait l'esprit tordu, il n'y pouvait rien. Il remarqua que celui-ci s'était assis par terre. Il comptait donc coucher là ? Ikuto tourna à nouveau son visage vers lui, s'apprétant à lui dégainer une sévère : "Si c'est pour nettoyer le parquet, ta chambre est aussi indiquée que la mienne", mais le Mizuiro le devança.

    - Tsukiyomi...

    Il interrompit son geste en cour, quelque peut surpris qu'Hisoka engage une discution, surtout pour commencer par son nom.

    - ... C'est vrai, tu as bien aimé le poème ?

    Un petit sourire narquois étira ses lèvres. C'était donc ça. En réalité, le leader n'avait rien de spécial à lui dire, il voulait juste parler. Quel honneur. Seulement Ikuto n'avait absolument pas envie de parler de la pluie et du beau temps avec lui. Le plus possible, il voulait éviter de songer au fait qu'ils avaient couché ensembles, ou il n'en démordrait pas avant d'avoir compris le pourquoi du comment. Hors, il avait autre chose à faire, et la présence du leader ne l'aidait en rien. Il réfléchit une seconde à une réponse affirmative suffisement éloquante... Quoique, il avait l'air coriace, sur ce coup là. S'il accéptait de discuter un peu, peut-être aurait-il la paix par la suite. Dans ce cas là, il devait être clair dès maintenant.

    - Là, maintenant, j'ai un tout petit peu de temps à te consacrer, mais je suis occupé, alors ne viens plus me déranger après ça.

    Il inspira profondément, puis soupira. Ca ne lui plaisait pas de devoir se répéter la dessus, il n'aimait pas qu'on prenne son avis en compte pour ce genre de chose - où il se savait n'avoir aucun talent.

    - Je te l'ai dis, c'est agréable à lire

    Clair, net, précis. Ikuto ne faisait pas dans la demi mesure. A quoi bon ? Son but final était quand même de se débarasser de son hôte. Enfin, il n'y arriverait pas avant de l'avoir assomé d'imbécilités en tous genres. Il garda une fois de plus le silence. Que pouvait-il raconter de si emmerdant à Hisoka qu'il s'en irait dès que l'hisoire serait finit ? Rien ne lui vint à l'esprit, et il reporta son attention sur son portable. Il pouvait tout aussi bien laisser le Mizuiro parler pour lui, il trouverait peut-être une source d'inspiration dans ses dires.

    - Alors, quoi de neuf à Shizuka ?

    "Pendant que j'étais pas là", aurait-il put ajouter. Il était vrai que la vie du lycée ne l'intéressait que très peu, surtout qu'il n'y passait que très peu de temps. Après tout, même si les rumeurs ne lui échapaient pas, mais il devait y avoir deux trois annegdotes débiles dont il n'avait pas eut vent... Où ça signifiait que la vie d'HIsoka était chiante comme la pluie.

__ "..." _____________________________________


« C'est quoi, ce tas de viande, là bas ? »
« Le dernier dissident, pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shizuka.exprimetoi.net
Hisoka, Admin Leader MizuiroAdmin Leader Mizuiro

avatar

Humeur : Intrigué

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Ven 30 Juil - 18:20

    — Je te l'ai dis, c'est agréable à lire [...] Alors, quoi de neuf à Shizuka ?

    Le message était clair, Ikuto chercher à le faire dégager. Hisoka n'avait pas envie de faire la conversation avec lui sur les potins de Shizuka, il préférait encore lâcher l'affaire et s'en aller. D'ailleurs, à l'origine c'était une corvée d'apporter les cours au Kuroi, et il avait voulu s'en débarrasser au plus vite. Alors quelle idée il avait eu de s'asseoir pour bavarder ? Quoiqu'il en soit, il n'avait plus rien à faire ici. Ce n'était pas aujourd'hui que leur relation s'améliorerait, et tant pis. Enfin il y avait du progrès, Tsukiyomi se comportait normalement avec lui, comme avant. Et il avait tout de même complimenté son poème.

    Hisoka ne savait pas vraiment ce qu'il avait espéré en restant plus que nécessaire dans cette chambre, et surtout en tentant de faire la conversation. Il ne s'attendait pas à ce que Tsukiyomi relance sur Shizuka. Et de toute façon, il n'avait qu'à pas être dans le coma, ça aurait d'ailleurs évité cette rencontre forcée. Mais il aurait été obligé de le voir en permanence pendant ses journées de cours... Il se demandait ce qui était le pire. Bien, il était temps de partir. En plus, il avait des devoirs. Hisoka les faisait, la plupart du temps - vite fait bien fait - pour ne pas avoir les profs sur le dos, et parce que ça ne lui demandait pas vraiment d'efforts. A part la géographie, mais ça...

    Le leader Mizuiro se releva prestement, ses cours à la main (sans les faire tomber cette fois-ci). Il n'avait pas pris la peine de récupérer sa poésie, qui gisait sur le lit à côté d'Ikuto. Et bien, qu'il la garde, c'était sans importance.

    — Te fatigue pas, je m'en vais.

    En quelques enjambées, il était face à la porte. Il sortit sans un regard pour le Kuroi, mais lui adressa un petit signe de main. Un peu de politesse, tout de même - bien que ni lui ni Ikuto ne devait accorder grande importance à ce genre de choses. Ça s'était mieux passé que prévu en fait, même si leur discussion n'avait rien eu de phénoménal. Et voilà que la conversation téléphonique revenait le tracasser. Quoiqu'avec ce qu'avait dit Ikuto après, il devenait clair qu'il ne parlait pas d'Hisoka, et c'était certainement mieux comme ça. Ou du moins, le leader tentait de s'en convaincre.


__ "..." _____________________________________



« JUST STAY WHERE YOU ARE, LET YOUR FEAR SUBSIDE
JUST STAY WHERE YOU ARE IF THERE'S NOTHING TO HIDE »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikuto, Admin - KuroiAdmin - Kuroi

avatar

Humeur : Blasée

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto] Dim 8 Aoû - 15:09

    - Te fatigue pas, je m'en vais

    Nice job ! Il avait réussit à virer Hisoka de là sans user d'équivalents aux annuaires en conversation. Etrangement, il n'en tira pas une satisfaction aussi grand qu'il l'aurait crut. Il pinça les lèvres. Une petite voix lui sifflait "Bravo, tu peux être fier de toi !". L'espace d'une seconde, il eut l'impression de reconnaître la voix du père Noël clochard... Naaaaaan !

    Cependant, il ne put pas s'empêcher de s'interroger. Pourquoi, alors qu'il avait parfaitement atteint son but de base depuis que le Mizuiro était entré - à savoir le faire ressortir le plus rapidement possible - il n'était pas, comme d'habitude, particulièrement satisfait de lui-même, avec cette point d'insolence ironique qui faisait son sourire ? Pourquoi avait-il juste l'impression d'avoir manqué son coup ? Pourquoi s'était-il laissé faire quand Hisoka avait commencé à le tripoter, cette foutue nuit là ? Les réponses à ces questions n'en étaient en fait qu'une seule. Mais les interrogations tournoyant dans l'esprit du Kuroi ne s'arrétaient pas là. Pourquoi Hisoka, le leader Mizuiro au sang froid égal, superieur peut-être au sien, l'avait-il presque violé sur ce matelas ? Et pourquoi le lendemain, comme excuse minable, lui avait-il sortit qu'il avait qu'a pas être aussi mignon ? En substance, toutes ses questions se rejoignaient, la réponse était presque unique. Mais plus Ikuto forcçait sur sa réflexion pour la trouver, plus il sentait que son inconscient se faisait violence pour la garder cachée.

    Et à chaque fois qu'il y pensait trop, la même phrase revenait et résonnait dans sa tête :


    "Tu es si mignon, Tsuki-kun"

    - La ferme...

    Ikuto alla s'allonger - toujours sur le lit de Shin, et, sur le côté, se tourna vers le sien. Makai sortit de sous ce fameux plumard et sauta rejoindre Ikuto. Physiquement, si Ikuto avait été un chat, il aurait ressemblé comme deux gouttes d'eau à Makai. Le pelage d'un bleu nocturne, les yeux violets qui regardaient à travers vous, l'air d'en savoir plus que vous et d'avoir deux trains d'avance... Oui, portraits crachés. Le chaton se colla contre le Kuroi, roulé en boule au creux de sa nuque. Il n'y avait que lui pour se permettre une proximité aussi familière avec Ikuto. Lui et Hisoka. Ikuto ferma les yeux. Il fallait qu'il laisse ça de côté avant que ça ne gangrène complètement son esprit. Savoir qu'il se cachait l'évidence à lui-même l'énnervait, mais n'était plus sûr de vouloir la connaitre.

    Et il devait penser à Shin. Il devait le retrouver le plus rapidement possible avant qu'un autre Clan ne s'aperçoive de quelque chose et que tout ce beau monde se foute sur la gueule. D'ailleurs, il doutait de l'utilité de l'implication de l'Est si un tel cas venait à se produire. Il était bien placé pour le savoir : ils étaient redoutables. Mais ils avaient cette fâcheuse tendance à tirer au flant quand il ne s'agissait pas d'eux...

    Plongé dans ses reflexions militaire, Ikuto élabora plusieurs stratégies, puis des variantes, prévoyant au maximum pour contrer les pires dénouements. Sans qu'il ne s'en rende compte, le sommeil le gagna, et il s'endormi réellement pour la première fois depuis longtemps, le coeur lourd sans savoir pourquoi.

__ "..." _____________________________________


« C'est quoi, ce tas de viande, là bas ? »
« Le dernier dissident, pourquoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shizuka.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé,

MessageSujet: Re: "C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto]

Revenir en haut Aller en bas

"C'est un complot, c'est pas possible autrement" [Ikuto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aile Nord - Zone dortoire :: 2nd étage - Dortoir des garçons :: Shin et Ikuto-
Sauter vers:

Nos logos   Demandes